La fin de la malédiction ?

By  | 24 novembre 2016 | Filed under: Actualité, Coupe Davis

stock-photo-valencia-spain-november-the-davis-cup-trophy-on-display-at-the-valencia-open-on-november-40555363

 

Vous l’ignoriez peut-être (ou même sans doute) mais le dernier évènement majeur de la saison se déroule ce week-end avec la finale de la Coupe Davis. Autrefois passage incontournable du calendrier, la compétition a, il est vrai, perdu de son prestige face à un calendrier de plus en plus chargé par ailleurs. Malgré tout, la finale, qui se déroule en Croatie en indoor rapide, réunira encore cette année un plateau intéressant avec le numéro 6 mondial (Cilic), le numéro 20 (Karlovic) et l’un des hommes forts de la deuxième partie de saison, à savoir Juan Martin Del Potro. Présentation rapide des 2 équipes, sorties victorieuses de deux parcours très relevés.

 

Argentine

Commençons par l’équipe favorite des cœurs à défaut d’être favorite des bookmakers.

Après une mise en bouche raisonnable face à la Pologne, équipe valeureuse qui a encore sérieusement accroché l’Allemagne en barrages mais limitée en dehors du double, l’Argentine a dû sortir l’Italie chez elle, avec Del Potro uniquement disponible en double, et surtout la Grande-Bretagne, grande favorite du tournoi et tenante du titre.

Evidemment, le retour de Del Potro de plusieurs années de galère n’est pas pour rien dans ce retour au premier plan de l’Argentine qui semblait vouée à une période difficile avec une génération moins prometteuse. C’est d’ailleurs un des paradoxes de ce réservoir argentin avec 9 joueurs dans le top 100 mais aucun dans le top 40 en dehors de Del Potro, 38 ème.

Mais ce serait oublier que l’Argentine sans lui a terminé à un match de la finale l’an passé et qu’il n’a apporté « que » 2 points cette année (1, capital, en simple et 1 en double).

Ce retour au premier plan doit aussi beaucoup au capitaine argentin, Daniel Orsanic (qui a par ailleurs des origines croates), intronisé depuis début 2015 : alors que face à un réservoir aussi variable, il aurait pu faire le choix de privilégier régulièrement la forme du moment, il a choisi de toujours aller dans une logique de groupe, construit pas à pas et sans faire de coupures brusques même s’il a pu ponctuellement faire des petites retouches, sans grand succès d’ailleurs (Monaco en Italie). Il va au bout de sa logique avec cette finale où il continue de faire confiance à Mayer et Pella, pourtant en méforme sur le circuit, alors qu’il avait sous le coude Diego Schwartzman (finaliste à Anvers récemment mais décevant l’an passé en Coupe Davis) ou Horacio Zeballos (6 tournois de double dont 3 sur le circuit principal depuis juillet). Dans un pays où la passion prend souvent le pas sur la raison et où il est souvent critiqué pour ses choix anti-conformistes, c’est peut-être ça finalement la grande révolution. Un petit tour de table rapide des joueurs.

 

Juan Martin Del Potro (ATP 38) : finaliste olympique, vainqueur à Stockholm, il a battu à 4 reprises un top 5 cette saison et revient en forme au meilleur moment pour aider son équipe, avec notamment un match épique face à Murray en demi-finale. Seul hic : sa forme physique laisse penser qu’il ne pourra pas jouer les 3 jours, contrairement à Cilic.

Federico Delbonis (ATP 41) : c’est un peu Boudu sauvé des eaux. Avant son dernier tournoi de la saison à Bâle, il n’avait qu’un seul match sur le circuit principal depuis mi-mai, péniblement face à un obscur US au premier tour de l’US Open et il n’avait d’ailleurs pas été utilisé lors de la demi-finale en indoor face à la Grande-Bretagne. Mais un bon dernier tournoi à Bâle et le souvenir de sa très bonne prestation face à l’Italie en quart lui permettent finalement, non seulement de rester dans le groupe, mais même d’être titulaire pour le premier match face à Cilic. A noter également qu’il avait sérieusement accroché Karlovic lors de leur match à Tokyo il y a un mois et demi (défaite 6/7 7/6 6/7).

Guido Pella (ATP 72) : en grande difficulté sur le circuit (en dehors du forfait de Gasquet, il reste sur 1 victoire en 12 matchs), il a toutefois été un des grands artisans de la qualification avec sa victoire face à Edmund.

Leonardo Mayer (ATP 137) : Totalement en perdition cette saison, il a toutefois toujours bénéficié de la confiance du capitaine argentin qui n’a pas hésité à l’aligner lors du match décisif face à Dan Evans. Il faut dire qu’il reste sur 9 succès en simple en matchs à enjeu en Coupe Davis, une confiance très différente de celle qu’il peut dégager sur le circuit. Avec son service particulier, il reste un des Argentins les plus efficaces en indoor et il vaut mieux que son classement (il a été 21 ème à l’ATP il n’y a pas si longtemps).

 

Le point fort : la capacité à faire le bon choix. Souvent en difficulté dans les pronostics, Orsanic a pourtant souvent réussi à tirer le meilleur de ses hommes, que ce soit Del Potro, Mayer, Delbonis ou Pella. Ces coups tactiques fonctionnent souvent comme face en demi même s’il peut y avoir quelques échecs ponctuels.

Le point faible : le double. Avec Berlocq-Mayer, Orsanic avait trouvé un double qui fonctionnait plutôt bien. Mais il a choisi de se passer de Berlocq suite au retour de Del Potro et le double fonctionne nettement moins bien cette saison (1 victoire en 3 matchs). Et Del Potro ne pourra probablement pas jouer les 3 jours.

Le facteur X : Leonardo Mayer. En grande difficulté sur le circuit, il est toutefois beaucoup plus en confiance dès qu’il revient en Coupe Davis. Il sera probablement aligné en double et le voir lors du match 5, s’il devait être décisif, n’est pas une option à exclure. Bref, il apparaît comme une des clés potentielles pour faire basculer la rencontre du côté argentin.

 

 

 



 

Croatie

Côté croate, point d’innovation tactique en général. Cilic et Coric étaient indiscutables en simple, Dodig n’a jamais réussi à prouver qu’il avait le niveau pour être titulaire en simple (en dehors de sa période avec la Bosnie à un niveau très inférieur) mais est un des meilleurs joueurs de double au monde, Karlovic était à la retraite internationale depuis 2012 et aucun joueur testé et aucun autre joueur n’avait le niveau requis pour venir changer cette hiérarchie pour le capitaine croate Zeljko Krajan, en place depuis 2012, et qui n’a pas beaucoup de marge de manœuvre d’ailleurs, il faut le reconnaître.

Seule facétie autorisée : Skugor aligné en double plutôt que Cilic lors du premier tour face à la Belgique avec une victoire croate lors du double.

Alors pourquoi la Croatie se retrouve-t-elle en finale cette fois-ci malgré un parcours très compliqué (élimination du finaliste Belge, des US chez eux après avoir été mené 2-0 puis de la France) ? C’est avant tout une question d’alignement des planètes : Cilic n’est enfin plus blessé ou suspendu, Coric a pris de la maturité et Dodig s’est imposé comme un des meilleurs joueurs de double. Il faut aussi noter que la Croatie a dû visiter le groupe I (équivalent de la deuxième division) en 2014, faute d’être à 100%.

Seul changement mais pas des moindres : Borna Coric est forfait pour la finale après de longues semaines d’incertitude (il avait d’ailleurs été appelé initialement). Mais ce qui aurait pu être une catastrophe a finalement vite été résorbé puisque Karlovic a accepté de revenir en sélection pour cette finale. Petit tour d’horizon des joueurs :

 

Marin Cilic (ATP 6) : vainqueur de son premier M1000 cette saison, plutôt en forme en cette fin de saison, il est évidemment l’arme principale des croates puisqu’il peut jouer les 3 jours. Certes, il a dû aller faire le Masters mais il ne semble pas l’avoir fait à 100%.

Ivo Karlovic (ATP 20) : de retour pour la première fois depuis 2012, il sort d’une des meilleures saisons de sa carrière et sera bien utile suite au forfait de Coric.

Ivan Dodig (ATP 13 en Double) : le patron du double Croate, il est un peu léger pour le simple toutefois. Il n’a pas réalisé une saison exceptionnelle que ce soit en double ou en simple par rapport à l’an passé par exemple. Mais il a, en revanche, toujours été tranchant en Coupe Davis face à la Belgique, les USA et la France.

Franko Skugor (ATP 215) : le moins connu de cette finale, appelé de dernière minute suite au forfait de Coric. Le cinquième croate au classement ATP fréquente essentiellement le circuit Challenger où il réalise des performances honnêtes sans plus (il a battu Florian Mayer récemment mais a aussi perdu face à … Leonardo Mayer aussi). Il joue également en partie en double (il est ATP108 en double) et a été associé à deux reprises avec Dodig en Coupe Davis récemment pour deux victoires intéressantes (face à Melo-Soares en barrages l’an passé, face à Goffin-Bemelmans face à la Belgique).

 

Le point fort : le double. Evidemment, on pourrait citer Marin Cilic mais le double a de grandes chances d’apporter un point à cette équipe croate. Que ce soit Dodig-Cilic ou Dodig-Skugor, ces deux doublettes ont apporté des victoires significatives au double croate récemment. Si le double venait à tomber, ça pourrait mal se terminer pour les Croates.

Le point faible et le facteur X : Karlovic. Difficile de trouver un point faible à cette équipe croate. Karlovic est peut-être le seul car les Croates n’auront pas d’options de rechange derrière et qu’il est parfois en difficulté de manière surprenante. Mais il est en même temps le facteur X car dans un grand jour, il peut pousser Del Potro loin dans ses retranchements et le fatiguer (un élément important de cette finale) et surtout, il est le seul à pouvoir jouer le match 5 décisif.

 


 

Le programme de la finale:

Marin Cilic (CRO) vs. Federico Delbonis (ARG) – vendredi à partir de 14h (heure française)

Ivo Karlovic (CRO) vs. Juan Martin Del Potro (ARG) – vendredi après le premier simple

Double – samedi à partir de 15h (pour l’instant Skugor/Dodig vs. Mayer/Pella mais cela peut changer)

Marin Cilic (CRO) vs. Juan Martin Del Potro (ARG) – dimanche à partir de 14h

Ivo Karlovic (CRO) vs. Federico Delbonis (ARG, à confirmer) – dimanche après le premier simple

 



Les chiffres de la finale :

2. Il s’agit de la deuxième finale de la Croatie. Ils avaient remporté la précédente face à la Slovaquie en 2007, où Karlovic avait été sélectionné mais pas aligné.

3. En trois confrontations entre les 2 équipes, les Argentins ont toujours gagné.

5. Il s’agit de la cinquième finale pour l’Argentine. Ils ont perdu les 4 précédentes (1981, 2006, 2008, 2011) d’où leur réputation d’équipe maudite puisqu’aucune équipe n’a perdu autant de finales sans en gagner une. Une des deux séries prendra donc fin.

1,98. 4 joueurs de cette finale font ou dépassent la taille de 1,98m (Cilic, Karlovic, Skugor, Del Potro). On notera aussi que deux autres dépassent le 1,90m (Delbonis, Mayer). A l’inverse, Pella fait 1,85m et Dodig 1,83m. Cela donne une taille moyenne des joueurs sélectionnés d’1.94m. Un symbole de l’évolution du tennis moderne ?

96. Ivo Karlovic est le plus vieux joueur à disputer un simple d’une finale de Coupe Davis depuis 96 ans.

5/8. La côte moyenne de l’équipe Croate chez les bookmakers, favorite d’après eux. Elle est de 6/4 pour les Argentins.

 

About 

http://

223 Responses to La fin de la malédiction ?

  1. Patricia 27 novembre 2016 at 19:57

    2 BB pour RRRRRuan (le prénom le plus rugissant du monde) !

  2. Patricia 27 novembre 2016 at 19:58

    RRRRruaaa !

  3. Zogidur 27 novembre 2016 at 19:58

    POUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUTRE!

  4. Hasek 27 novembre 2016 at 19:58

    Break Super Poulain!!

  5. Colin 27 novembre 2016 at 19:59

    Allez Jean Martin, plus que trois !!!!!!!!!

  6. Colin 27 novembre 2016 at 20:00

    Echange de malades…
    Plus que deux !

  7. Patricia 27 novembre 2016 at 20:00

    wéésh !

  8. Patricia 27 novembre 2016 at 20:01

    Le public est complétement cinglé.

  9. Colin 27 novembre 2016 at 20:01

    Tataaaaaaane !
    Plus qu’un

  10. Hasek 27 novembre 2016 at 20:02

    3BM!!

  11. Patricia 27 novembre 2016 at 20:02

    3 balles de match sur un CD à 140 km/h

  12. Colin 27 novembre 2016 at 20:02

    Si Señor !!!!!!!
    (oui je sais je me répète (oui je sais je me répète))

  13. Patricia 27 novembre 2016 at 20:03

    Et Juan Mammouth compléte le come back de la mort qui tue sur un service gagnant ! Après Murray, remontée de 0-2, break dans le décisif !

  14. Hasek 27 novembre 2016 at 20:03

    Popopo

  15. Zogidur 27 novembre 2016 at 20:03

    Monumenpoutral!

  16. Colin 27 novembre 2016 at 20:04

    Au fait j’ai vu Maradona, mais je n’ai pas vu Gabriella… elle n’est pas venue ?

  17. Patricia 27 novembre 2016 at 20:04

    N’empêche, bravo à cilic et aux cinglés du public aussi, parce que la Poutre a dû s’arracher !

  18. Hasek 27 novembre 2016 at 20:07

    5 heures de jeu aussi tard dans le WE et après deja 6h précédemment.
    Ca donne un aperçu très interessant de la forme de Del Potro pour la saison prochaine s’il gère bien sa saison

  19. Zogidur 27 novembre 2016 at 20:10

    DelPo en larmes dans une interview à la télé anglaise: je crois qu’il est cramé. Il a sacrément bien géré ses forces du w-e…

  20. Patricia 27 novembre 2016 at 20:10

    Et maintenant del Po pleure, on apprend que c’est la 1è fois qu’il remonte 2 set, c’était un bon moment pour le faire.

  21. Colin 27 novembre 2016 at 20:22

    Bon Hasek c’est le moment de nous faire la présentation du cinquième match.
    (ceci dit je jetterai un oeil de temps en temps au livescore mais je ne regarderai que la fin du match)

    • Hasek 27 novembre 2016 at 20:41

      Les grands esprits se rencontrent^^

  22. Hasek 27 novembre 2016 at 20:22

    Karlovic-Delbonis pour terminer.
    Ca avait fini en 7/6 6/7 7/6 à Tokyo il y a un mois et demi

    • Colin 27 novembre 2016 at 20:23

      « Demandez et vous serez exaucés »

  23. Hasek 27 novembre 2016 at 20:43

    A Vienne fin 2014, il y avait eu un match similaire (victoire Karlo 6/7 7/6 7/6)
    Karlo l’a également emporté à l’Us Open 2015
    Delbo a l’Oa en début de saison mais sur abandon

  24. Hasek 27 novembre 2016 at 22:04

    2 sets à 0 pour Delbonis, plus solide dans le jeu pour l’instant avec un Karlovic pas totalement dominant au service.
    Quelque soit le résultat, on aura un des plus grands come-backs de l’histoire.

    Soit les Argentins gagnent et seront revenus d’un 1-2 avec 2 sets 0 dans le match 4 (et un match 5 sur le papier défavorable)
    Soit Karlovic fait une Youzhny.

  25. Hasek 27 novembre 2016 at 22:23

    Break Delbonis, ça commence à sentir très bon pour les Argentins!!

    • Elmar 27 novembre 2016 at 22:26

      Oui mais pour que ça devienne mythique, il faut que Karlo débreake et remporte ce set.

      • Patricia 27 novembre 2016 at 22:41

        Ca serait étonnant : Delbonis a l’air parfaitement calme et il est très brillant. Il s’entraîne depuis 2 mois à relancer ?

        • Hasek 27 novembre 2016 at 22:47

          Les Argentins avaient l’air très bien préparé, le duo DelPo-Delbonis avaient fait l’impasse sur Bercy d’ailleurs.

  26. Hasek 27 novembre 2016 at 22:45

    Double break Delbonis qui sert pour le match et le titre

  27. Patricia 27 novembre 2016 at 22:46

    Et maintenant il choppe le double break. Il est monstrueux en retour, tactiquement nickel en passing, et d’un calme olympien. Noah devrait aller consulter Orsanic.

  28. Hasek 27 novembre 2016 at 22:49

    Game over.
    Lourde raclée pour Karlovic et come-back incroyable des Argentins
    WE parfait de Del Potro qui a gagné ses deux simples et Delbonis qui a fatigué Cilic puis écrasé Karlovic

  29. Elmar 27 novembre 2016 at 22:51

    Bravo l’Argentine. C’est évidemment toujours cruel pour le vaincu.

  30. Hasek 27 novembre 2016 at 22:53

    A noter la belle répartition des points dans la saison pour les Argentins:
    - Del Po: 3 simples et 1 double
    - Delbonis: 3 simples
    - Mayer: 3 simples
    - Pella: 2 simples et 1 double

    Même en sortant le match + simple face à la Pologne (et même celui + difficile contre l’Italie), ces 4 joueurs ont apporté un point.
    Ont aussi joué sans amener de point: Monaco, Berlocq et Olivo.

    Il faudra que je regarde les archives mais ça doit faire bien longtemps qu’il y a un champion en n’ayant gagné qu’un seul double sur 4. Un sacré exploit si l’on y ajoute le peu d’individualités dans cette équipe.

    • Hasek 27 novembre 2016 at 23:01

      Pas si vieux que ça finalement, Espagne en 2011 mais ils avaient Nadal et Ferrer en simple.

    • Patricia 27 novembre 2016 at 23:02

      C’est ce que j’ai trouvé le plus impressionnant dans leur parcours, tout ça avec un ex manchot et 3 coiffeurs, c’est aussi étonnant dans son genre que les 12 travaux de Murray (& Bros) l’année dernière.

  31. Kaelin 27 novembre 2016 at 23:12

    Incroyable rencontre, ah que j’ai aimé !!!

    Del Potro, parmi les joueurs actuels, est probablement celui que j’admire le plus.

    Quel athlète, quel joueur.

    Félicitations à Delbonis qui s’est permis de breaker Karlo plusieurs fois, ce qui est un mini-exploit en soi. Bon après j’ai trouvé Karlo quand même assez nul.

  32. Hasek 27 novembre 2016 at 23:13

    En tout cas, beaucoup de regrets côté Croate.
    D’abord, évidemment la défaite de Cilic dans un match qu’il semblait tenir.
    Le fait que Cilic ait joué une heure de trop le premier jour alors qu’il a eu l’occasion de breaker dans le 3ème.
    Peut-être aussi le fait de ne pas avoir été suffisamment audacieux lors du double en alignant Cilic plutôt que Skugor.
    Et vu la prestation de Karlovic, la blessure de Coric (est-ce que c’était un si bonne idée finalement de l’avoir fait jouer face à Gasquet?)

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis