Bercy 2018 : le chef-d’oeuvre inachevé de Roger Federer

By  | 24 décembre 2018 | Filed under: Bord de court

Federer Bercy 2018Ce samedi 3 novembre à Bercy, au bout de 3 heures de jeu, il a réussi à nous faire croire en une impossible victoire contre le temps.

Cela fait 20 ans que je suis sa carrière et il était plus que temps que je sois enfin présent dans les tribunes d’un tournoi pour voir évoluer Roger Federer.

Ce samedi à 13h45 nous voici placés dans les gradins, une quinzaine de rangs au dessus de la tribune officielle.

La salle, bien que froide, est devenue bien plus accueillante qu’au temps du POPB et de ses sinistres sièges et rambardes rougeâtres.

Le vert et le gris un peu pâles du court sont idéaux pour bien voir la balle sans être éblouis et nous voyons très bien les joueurs de là où nous sommes.

Peu après notre arrivée, Federer et son partenaire d’entraînement quittent le court.

Le visage du Suisse est déjà fermé, comme en pleine concentration.

Première demi-finale Khachanov – Thiem, très égale avec pas mal de fautes directes jusqu’à 4-4 au premier set. La mécanique de précision des gestes très amples de Thiem, qui paraît plus frêle qu’à la télé, se dérègle face à un Khachanov tout en puissance et en contrôle, qui défend et contre attaque très bien : 6-4.

Kahchanov breake d’entrée au second set. Thiem lui reprend son service avec deux accélérations de revers tonitruantes, mais décidément quelque chose ne va pas, son jeu se disloque progressivement et le Russe boucle le match sans perdre un autre jeu.

Trois quart d’heure plus tard environ, le public vocifère puis retient son souffle pour les premiers échanges de la demi-finale Djokovic-Federer.

Pas de round d’observation, les deux champions se livrent d’entrée à un gros combat pour remporter leurs premiers jeux de service : très peu de fautes directes et une grande intensité.

Dès sa première frappe Djokovic s’acharne sur le côté gauche de Federer, qui remet tout avec son revers coupé d’une facilité déconcertante.

N’empêche le Serbe prend le jeu à son compte, seuls son service et quelques contres fulgurants permettent au Suisse de tenir très difficilement ses engagements.

Cela me rappelle leur match de Roland-Garros 2011 pendant lequel Djokovic avait été énormément gêné par le revers coupé de Federer.

Il est toujours gêné mais cela ne l’empêche pas d’attaquer inlassablement, ses coups de fond de court fouettés trouvent à coup sûr des zones à 20 cm des angles du court. Ca va très vite,c’est très impressionnant, presque robotique.

Federer très vif ramène presque tout et parfois trouve des répliques extraordinaires qui provoquent les « Ooooh » d’un public aux trois quarts acquis à sa cause.

Les deux joueurs s’acheminent vers un tie-break dont tous les spectateurs pressentent qu’il sera crucial.

Federer a compris qu’il est promis à un matraquage en règle s’il persiste à slicer systématiquement son revers. Désormais il je joue beaucoup plus souvent lifté avec l’extraordinaire coordination gestuelle qui le caractérise.

Plus de puissance côté Fed à contrôler pour Djoko. Ca paie ; balle de set Federer, qui engage l’échange avec une gamme de revers slicés croisés sur le revers de Djokovic qui répond à l’identique. Quand Federer tente de changer de rythme en liftant soudain son revers, il rate assez largement.

Consternation dans les travées, l’idole est un être humain.

Djokovic se rue dans la brèche et remporte le premier set.

Federer marche rapidement vers les vestiaire pour y prendre sa pause pipi. Je regarde son visage défait, il est écœuré comme un junior qui a vendangé un set qu’il a eu en main…

Premier jeu de service Federer extrêmement important pour tenir dans ce second set. Naturellement Djokovic affamé comme un requin au sortir de deux semaines de jeûne se crée des balles de break.

Federer extrêmement courageux va au charbon et les sauve. Je crois que c’est là que Djokovic frappe un passing de coup droit qui touche la bande du filet. La balle part en hauteur, Federer met sa raquette comme il peut et… réussit une délicate volée de revers croisée, flottante mais à l’angle absolument imparable, le public exulte : RO-GER, RO-GER !

En tous cas Djokovic se régale moins face au revers lifté de Fed. On s’attend à un nouveau tie break mais le Serbe, mené 5-6, commet son premier jeu médiocre du match.

Il a du faire quatre fautes directes dans le premier set, là il en fait trois en un seul jeu.

Balle de set Federer. Djokovic lâche une bonne première puis gagne du terrain à chaque frappe. Il hérite d’une balle courte mais décide de monter sur le coup droit du Suisse.Le passing federerien part à une vitesse qui le laisse pétrifié, deuxième set Federer !

Troisième set, Djokovic fait encore le pressing pour breaker mais tout le public sent que la dynamique du match a tourné en faveur de Federer, qui écarte effectivement les balles de break sans trembler.

Federer a repris sa campagne de revers coupés, aux abords de deux heures et demi de jeu Djokovic ne se régale plus du tout comme avant sur ces balles basses et fusantes et commet même quelques fautes directes, quel tacticien ce Roger !

Mais Djokovic courageux sort la boite à aces pour recoller difficilement à 6-6 et arracher un tiebreak qui promet d’être de folie.

Pendant tout le match je me suis dit que la victoire de la (relative) jeunesse de Djokovic sur le vétéran de 37 ans était malheureusement inéluctable, mais Federer a tellement bien joué que je crois qu’il peut gagner ce match. J’ai même déjà en tête le titre de mon article  : Federer, Victoire contre le Temps !

1-0 Federer après une belle première balle. Djoko riposte avec un ace puis un service gagnant, quel matcheur !

Puis le trou noir pour Federer, trois fautes directes et une double faute, 6-1 Djokovic c’est foutu.

Federer sauve brillamment les deux premières balles de match. Tout Bercy retient son souffle, Et Si ?

Les deux hommes engagent un échange incroyable, alternent entre coups de toucher et les grosses frappes, les angles et les effets différents, tout y passe… Federer remet à 10 cm des lignes des accélérations mordantes du Serbe, mais finalement sa dernière frappe lui échappe.

Djokovic Federer Bercy 2018Tonnerre d’applaudissements pour les deux hommes, Federer sourit et félicite chaleureusement Djokovic, quelle classe…

C’est une vraie douche froide ce tie break.

Que penser, sinon que Roger Federer nous a fait croire à l’incroyable, une victoire à 37 ans sur le numéro un mondial (à l’issue du tournoi), mais que l’âge l’a soudainement rattrapé et cloué au sol à l’issue de trois heures d’une lutte intense et magnifique.

Cruel, même Federer si formidable, si aérien, ne peut rester ce qu’il a été.

Il nous a fait un formidable cadeau en nous le faisant croire.

C’est beau, c’est triste. Je me souviens des fins de carrière bien tristes de McEnroe, Lendl. Federer finira la sienne sur un coup d’éclat comme Connors, Sampras, s’il décide de raccrocher ses raquettes après le Masters.

Mais va t il le faire alors qu’il joue si bien et prend un plaisir qu’il partage avec les spectateurs du monde entier ?

Seul lui le sait. J’espère qu’il prendra sa retraite bientôt car la saison prochaine ne peut qu’être moins bonne pour lui que celle ci.

En fin de compte, peut être que cela n’est pas le plus important.

Le plus important c’est que j’ai vu jouer Roger Federer et que c’était beau.

About 

King of the drop shot

Tags: ,

140 Responses to Bercy 2018 : le chef-d’oeuvre inachevé de Roger Federer

  1. Djita 11 janvier 2019 at 21 h 22 min

    Quelle tristesse ces images d’Andy. Pas mon joueur préféré sur le court mais très drôle et rafraîchissant en dehors des courts. Je trouve qu’il a fait beaucoup de bien au tennis de par son humour, son franc parler et sa sincérité. Il a plus que challengé les meilleurs et a toujours donné le meilleur de lui et ça se respecte. C’est dur d’arrêter si brutalement. Bonné’
    Je suis sûr qu’il sera très sollicité par la suite dans le monde du tennis.
    Bonne route à lui.

  2. Arno, l'homme des antipodes 11 janvier 2019 at 23 h 14 min

    Après cette journée triste, je vous propose de l’actu pure et dure.

    Qui connaît Gleb Sakharov ?? Gleb Sakharov est un joueur de tennis français, anciennement ouzbek.

    Ce bon Sakharov est le seul français à s’être extirpé des qualifications de l’open d’Australie, et va donc à 30 ans disputer son tout premier tournoi du grand chelem. Belle histoire, n’est-ce pas ?

    Là où ça devient rigolo, c’est que pour se qualifier il a battu Quentin Halys et Calvin Hemery, deux des fleurons de la glorieuse relève tricolore…

    Conclusion, j’ai mal à mon tennis français, et ça risque pas de s’arranger tout de suite.

    • Sam 12 janvier 2019 at 10 h 14 min

      je le connais, il a disputé, perdu, gagné la finale de mon ancien club il y a quelques années, il devait être -2/6 ou quelque chose comme ça.

  3. Jo 12 janvier 2019 at 10 h 12 min

    Voici le début de la fin pour le Big Four, l’éternel Federer les enterrera-t-il tous?

    Il faut néanmoins trouver un successeur à sa majesté. Shapovalov est le vrai Baby Fed. Ça n’a jamais été Gasquet, qui fut le premier ainsi surnommé. Ce n’est pas tout à fait Dimitrov qui a le style mais pas les fulgurances de son modèle technique. J’ai eu le plaisir de passer une journée à la Caja Magica au printemps dernier et d’assister au quart-de-finale Shapovalov-Edmund juste derrière la ligne de fond de court. Beau temps, soleil déclinant, température agréable, entouré d’espingouins passionnés, des conditions optimales. Aux amateurs de Masters 1000 en live, je recommande vivement les deuxièmes grands courts. Les affiches sont de qualité, l’ambiance est bon enfant, le public fait corps avec les joueurs. Les badauds sont venus en masse découvrir le prodige canadien, allant jusqu’au crime de délaisse-majesté Nadal, lequel souffre sur le central face un grand Thiem.

    L’échauffement commence. Dans les gradins, des murmures, une rumeur. Nous savons tous que nous avons devant nous le futur astre du tennis. Nous trépignons d’impatience et de gourmandise. Au pays du lift et de la sueur, nous n’aurons d’yeux que pour le beau jeu. Edmund, certes respecté, n’est ici qu’un faire-valoir de qualité. Dès les premiers échanges, une impression visuelle sidérante. Shapovalov ne tente que des coups d’attaque, tout le temps, dans toutes les positions. Il y a chez ce garçon un refus de l’autorité et un prurit d’expressivité, je n’aurais pas aimé être son prof au collège. Alors, bien sûr, nous sommes dans un territoire où patience et longueur de temps font loi, d’aucuns se plaignent: « tan poco peloteo » (pff, y’a pas d’échange). Je les comprends. Denis, jeune chien fou, nous donne tant de plaisir que l’on a envie qu’il le fasse durer, qu’il nous fasse languir, qu’il ne vienne pas trop vite et nous avec lui. Dans un ensemble parsemé de coups de génie et de risques insensés, Shapovalov saura nous ravir pendant trois sets.

    2017 fut l’année du surgissement, 2018 celle de la digestion. Au début de l’an dernier, Shapovalov s’était fixé deux objectifs, intégrer le top 32 (tout à fait, 32, autrement dit, tête de série en Grand Chelem) et remporter son premier titre ATP. Il est passé de la 51ème à la 27ème place mondiale et a sans doute raté le coche à Delray Beach. En cas de victoire contre Tiafoe, il se serait mesuré au modeste Gotrucmuche en finale. Rien de grave néanmoins. Par ailleurs, Denis s’est fait plutôt discret avec moins de succès clinquants mais plus de régularité. Des apparitions répétées en huitièmes de finale de Masters 1000, dont une demi à Madrid comme indiqué précédemment, des victoires solides çà et là. Le prodige canadien a aussi rappelé qu’il n’avait que 19 ans et tout son temps. En 2019, il s’agira d’asseoir les bases et de réussir de nouveaux coups marquants, de continuer à augmenter son niveau de jeu moyen et son classement, de parvenir à assembler toutes les pièces du puzzle pour qu’un beau jour, enfin, règne sur le circuit ce Leconte raisonné, ce Federer gaucher.

  4. Colin 14 janvier 2019 at 9 h 04 min

    Tout ceci est très bien, mais il n’y a personne qui serait volontaire pour rédiger un article sur cet AO et/ou sur la retraite prochaine de Andy « PZ » Murray?
    Ou même sur la première victoire ATP de Alex de Minaur et de Tennys Sandgren la semaine dernière à Sydney et Auckland? Enfin bref, un sujet 201neuf, quoi…

    • Sam 14 janvier 2019 at 10 h 10 min

      Je veux bien faire un truc sur l’ouverture de l’Open de Rennes.

    • Colin 14 janvier 2019 at 11 h 41 min

      Warf warf, je m’en doutais

  5. Elmar 14 janvier 2019 at 10 h 47 min

    Magnifique Murray. Ce con va me faire chialer.

  6. Achtungbaby 14 janvier 2019 at 11 h 54 min

    tu vois le match ?

  7. Sam 14 janvier 2019 at 12 h 24 min

    L’ambiance doit être dingue, j’aimerais avoir un stream pour Murray….

    • Achtungbaby 14 janvier 2019 at 13 h 02 min

      oui ce doit être la folie
      en plus quel scénario…

    • Babolat 14 janvier 2019 at 13 h 33 min

      J’ai vu le match, j’ai la chance d’avoir Starsports.

      C’était très émouvant en effet. Ils ont passé les hommages des joueurs (et joueuses) sur grand écran. Rafa, Djoko, Roger, Cilic, Wozniacki… tout cela sous les yeux de la môman qui immortalisait la scène avec son téléphone.
      Andy avait des trémolos dans la voix mais il n’a pas pleuré.

      Tout le monde y croyait au début du 5e d’autant que Murray a eu 2 balles de break d’entrée pour mener 2/0 puis… panne sèche. Les cannes ne le portaient plus.

  8. Elmar 14 janvier 2019 at 13 h 37 min

    Superbe Murray. J’ai pu voir le match sur Eurosport Allemagne. Grand joueur, jusqu’au bout. Dommage en effet ce début de 5ème set. Mais bon, quel baroud d’honneur contre un adversaire ultra-solide. Il est costaud, Agut.

    • Achtungbaby 14 janvier 2019 at 13 h 55 min

      bon ben j’ai laché ma petite larme…

  9. Jo 14 janvier 2019 at 17 h 07 min

    Hommages à Andy Murray – Les séquences coupées au montage

    Rafael Nadal: Hello Andy. Heu… En anglais, yé né vais pas pouvoir te dire grand-chose. Heu… Congratulations para tu carrera, you’re un buen amigo. Heu… See you later.

    Novak Djokovic: Andy, my friend, pourquoi pars-tu si tôt? On se connaît depuis si longtemps. Je t’aimais beaucoup, surtout ici. J’ai tant de beaux souvenirs avec toi, surtout ici. Tant de finales gagnées contre toi, surtout ici. C’était vraiment cool. Je pouvais arriver bourré, boiteux, borgne, j’étais sûr de repartir avec la coupe. Tu me manques déjà.

    Roger Federer: (Raclement de gorge, regard bienveillant, sourire paternel). Andy, tu es vraiment le plus nul de nous quatre. Tu as gagné le dernier, pas beaucoup et tu pars le premier. Tu te rappelles notre finale en 2010? Comment je t’ai roulé dans la farine. Ces couillons de journalistes qui te donnaient favori… Je vais tous vous enterrer, un par un. Le prochain, c’est Rafa, il est cabossé de partout. Après, je me farcis le Nole. Je jouerai jusqu’à 40 piges, 45 s’il le faut mais le record des Grands Chelems, c’est pour bibi. Andy, la chèvre, c’est toi et le GOAT c’est moi. Le roi, c’est moi. Le tennis, c’est moi.

    • Elmar 14 janvier 2019 at 17 h 23 min

      J’ai trouvé l’hommage de Nole très touchant. Ça puait la sincérité. Et pourtant je parle de Djokoslip là.

      Belle idée que ton post cela dit.

      • Babolat 15 janvier 2019 at 8 h 14 min

        Oui… comme Djokoslip a dit, ils se connaissent depuis qu’ils ont 10 ans. Ils ont progressé ensemble. Ils sont vraiment amis.

      • Jo 15 janvier 2019 at 11 h 57 min

        « Ca puait la sincérité. » J’adore.

    • Kristian 15 janvier 2019 at 8 h 30 min

      Bien vu.

      Finalement, Murray reussit sa sortie. Il fait bien de partir le premier, il a toute l’attention (qu’il merite). Sachant que dans les 12 a 24 mois qui viennent Federer, probablement Nadal, et peut etre Djokovic vont egalement tirer leur reverence, on va etre submerge d’hommages et de souvenirs. Si Murray etait parti apres le trio a 50 Grands Chelems, on l’aurait a peine remarque. La, il est l’evenement. C’est en fin de compte pas plus mal.

      • Jo 15 janvier 2019 at 12 h 13 min

        Bien vu aussi. Hors compétitions à caractère britannique, Murray n’a sans doute jamais autant été soutenu de sa vie. Par ailleurs, la nature a horreur du vide. Le fantôme écossais s’est évanoui depuis plus d’un an et Zverev l’a déjà amplement remplacé dans la peau du jeune Andy, brillant en Masters 1000 sans avoir (encore) remporté de Grand Chelem.

    • Don J 15 janvier 2019 at 12 h 32 min

      « Je vais tous vous enterrer, un par un. »

      tu m’as tué Jo !

      • Jo 15 janvier 2019 at 14 h 15 min

        Merci. Roger se chargera des autres.

  10. Babolat 15 janvier 2019 at 8 h 12 min

    Chung se qualifie en remontant 2 sets de retard. Il joue gros sur ce tournoi. Déjà que les héros de l’an dernier ont dégagé (Sandgren, Edmund).
    Qualif tranquille de Zverev, Coric, Fognini, Shapovalov, Medvedev, Goffin et Harrison
    Karlovic, 39ans, se qualifie en 4 sets et 4 tie-break
    Nishikori était mené 2 sets 0 puis il est remonté et son adversaire a abandonné au milieu du 5e. Pas rassurant pour le japonais.
    Chez les frenchies, La phasme Simon a encore frappé… et Herbert bat Querrey (petite surprise).

    Djoko va entrer en lice dans une petite heure.

  11. Kristian 15 janvier 2019 at 8 h 42 min

    Pour ceux qui se demandent encore comment et ou regarder l’Australian Open, je ne pourrais que trop recommander l’Eurosport Player. Pour 5 Euros d’abonnement mensuel, vous avez TOUS les courts en direct et en qualite HD. En premiere semaine de GC, c’est juste fantastique.

    • Babolat 15 janvier 2019 at 9 h 42 min

      Oui mais c’est soumis à des restrictions géographiques. Par exemple, ici en Corée, ce service n’est pas disponible.

      • Jo 15 janvier 2019 at 14 h 25 min

        La Corée, ce site est décidément cosmopolite. D’ailleurs, qu’y fais-tu? Reportages indépendants avec Yann Moix arrosé de Depardieu en Corée du Nord? Retraites spirituelles avec Alexandre Jollien en Corée du Sud?

        • Babolat 16 janvier 2019 at 15 h 39 min

          Rien de tout cela. J’essaie humblement d’y enseigner la langue de Molière dans une université de Séoul.

          • Jo 16 janvier 2019 at 16 h 40 min

            Bigre, tu évolues dans la stratosphère. Mes compliments.

  12. Jo 15 janvier 2019 at 11 h 54 min

    Le tableau potentiel de Milos Raonic, tête de série numéro 16: Kyrgios / Wawrinka / Chung / Zverev / Coric (ou Thiem) / Djokovic / Federer (ou Nadal)

    • Babolat 15 janvier 2019 at 12 h 14 min

      Waw a abandonné face à Gulbis.

  13. Don J 15 janvier 2019 at 12 h 31 min

    Il me semble que c’est Ernests qui a abandonné =)

    • Babolat 15 janvier 2019 at 13 h 13 min

      Fichtre. C’est exact.

  14. Nathan 15 janvier 2019 at 14 h 16 min

    Anne, n’as-tu rien vu venir ?

    Cette victoire de ton protégé dont tu suis chaque match (défaite) comme une poule son poussin.

    Oui c’est une grande nouvelle dans la grisaille parisienne. Plus grande encore puisque c’est la première à l’AO. Grâce à qui ? Grâce à Momo !

    S’arrêtera-t-il en si bon chemin ? Non, non. A l’AO toujours plus haut ! C’est la devise de notre Pouille !

    • Anne 17 janvier 2019 at 11 h 37 min

      Et on n’arrête plus notre Lucas national. Non seulement il a gagné son premier tour mais aussi son deuxième ! Le big 3 commence à avoir peur ;-)

  15. Antoine 15 janvier 2019 at 17 h 35 min

    Bon, premier tour terminé avec ce dernier match de Thiem contre Paire qui lui en a fait voir de toutes les couleurs. Pas dans un grand jour le Thiem, et même assez pitoyable au service, mais il a fini par passer.

    Quelques surprises : défaites d’Isner, Edmund, Sock, Querrey, Cecchinato, Rublev et quelques frayeurs pour Thiem, Nishikori et Chung. Un match d’adieux réussis, celui d’Andy. C’est quand même un sale coup que nous fait Andy. J’espérais qu’il pourrait revenir cette année mais c’est malheureusement terminé et il y a toutes les chances pour que ce soit son dernier match….

    D’un autre côté cela permet de commencer à s’habituer à l’inéluctable. Un de ces jours, Rafa & Roger vont arrêter aussi, Djoko aussi mais il est un peu plus jeune que Rafa. Il aura 32 piges au mois d’avril. A dire vrai, si Djoko dégageait tout de suite, je ne m’en porterais pas plus mal, je n’ai jamais aimé son jeu de robot qui ressemble à un mur. Les deux autres, c’est évidement une toute autre affaire. Sans parler vraiment de retraite, Roger commence à faire quelques allusions au sujet de son départ du circuit. Rafa cherche visiblement à durer, lui qui disait à 23 ans qu’il ne se voyait pas jouer au delà de 29, mais physiquement cela va commencer à être dur pour lui aussi. Son gros 4X4 commence à être déglingué d’un peu partout.

    Roger pète la forme en ce début de saison comme d’habitude mais tenir la distance sur la saison devient dur. Je ne comprends pas qu’il veuille rejouer sur terre battue et ne trouve pas son explication vraiment crédible. Mais bon, on verra…

  16. Elmar 16 janvier 2019 at 9 h 08 min

    C’était un poil poussif de la part de Roger. Bon, Evans a donné une bonne réplique et les stat’ de Roger ne sont pas dégueu.
    Il s’en sort quand même par les poils dans le TB du 1er où il perd ses 4 premiers points de service, est mené 5-3. Evans rate deux volées, dont une franchement facile. Mais bon, c’est un premier set, un peu tendu, avec un adversaire qui joue bien et qu’il finit par remporter. Rien d’alarmant donc.
    Aussi, je pensais ensuite qu’il allait dérouler, notamment parce qu’il fait le break d’entrée de seconde manche. Mais là, il a pas poussé la machine, s’est contenté de ce break d’avance sans plus jamais être menaçant sur le service d’Evans. Pire, au moment de conclure le set, il fait un jeu tout pourri avec deux énormes cadeaux suivis de sa seule double faute. Argh. Sur la fin du second set, là, je l’ai trouvé un peu entamé physiquement, ça m’a même fait penser au Roger-Millman de l’US. Mais il réalise heureusement un bon TB, et ensuite, Evans a un peu baissé.

    Au final, un bon test quand même, où il a laissé un poil trop d’énergie, notamment en laissant Evans revenir dans le second set. Mais rien d’hyper rassurant pour la suite qui va se corser de plus en plus.

  17. DenDen 17 janvier 2019 at 10 h 07 min

    Bonjour a tous, ça fait longtemps que j’ai pas osé poster un commentaire… Mais comme je suis devant la Rod Laver Arena en attendant de pouvoir entrer, j’ai pensé à vous ! Je pense vous faire un article ce weekend pour vous décrire mon expérience, si ça vous dit. Je vais encourager Jo !!! :-)

    • Kristian 17 janvier 2019 at 10 h 40 min

      Bonne soiree ou plutot bonne nuit sur la RLA!
      Vu qu’il est pres de 21h a Melbourne, et que Jo et Djokovic joue apres un match de dame qui n’a meme pas encore commence..

      • DenDen 17 janvier 2019 at 11 h 54 min

        Haha, oui merci ! Halep a mis du temps a conclure on est rentrés avec 1h30 de retard mais c’est pas grave c’est vraiment génial ^^

    • Anne 17 janvier 2019 at 11 h 38 min

      Génial ! Profite bien du spectacle ! C’est la première fois que tu assistes à l’Open d’Australie ?

      • DenDen 17 janvier 2019 at 11 h 53 min

        Oui ! C’est vraiment différent de Roland, ça ressemble + a Bercy. Bon match entre Eugénie et Serena :-)

    • Colin 17 janvier 2019 at 18 h 29 min

      Ah oui Denden on compte sur toi pour un article « bord de court ». Et n’hésite pas à l’agrémenter de photos pour bien nous faire envie!

  18. Elmar 17 janvier 2019 at 10 h 27 min

    Gros match tout à l’heure entre Stan et Raonic. Le premier a retrouvé un super niveau et le second est monumental au service.

    • Kristian 17 janvier 2019 at 11 h 00 min

      Oui, impressionnant au service Raonic. Et ce qui est impressionnant aussi, c’est sa deuxieme balle qui montre tres haut et qui va tres vite (176 km/h en moyenne). Bref, sur une surface a la fois rapide et qui prend bien le lift, le gars que t’as pas envie de croiser. Apres, sur le reste, il n’a quand meme pas grand chose a proposer.

  19. Kristian 17 janvier 2019 at 14 h 31 min

    Je crois que l’Australian Open est en train de battre un record en terme de programmation. il est 00h29 a Melbourne et sur la Margaret Court Arena, Konta et Muguruza qui s’affrontent au deuxieme tour viennent de commencer… a s’echauffer.

  20. Nathan 17 janvier 2019 at 15 h 46 min

    Bien sûr, on dira avec raison que le plexicushion n’est pas la terre battue, que les adversaires sont différents, que chaque match est particulier, etc. Toujours est-il que nos deux cadors (Simon, Monfils) d’autant plus forts qu’ils n’avaient pas joué ont déjà quitté Melbourne. Cilic et Coric, eux, sont bien présents.

    • Colin 18 janvier 2019 at 9 h 51 min

      Toujours taquin Nathan.

    • Nathan 18 janvier 2019 at 10 h 26 min

      je ne sais plus qui disait que l’ironie était le courage des trouillards. En fait, j’adore rendre un hommage discret à feu notre grand capitaine de CD sur une site ou 90 % le dézinguent.

    • Colin 18 janvier 2019 at 16 h 43 min

      Un tour plus loin, Cilic est toujours présent… Mais c’est passé à un poil de c.l près face à la Verdasque, qui a fait une double faute sur son unique balle de match…

    • Nathan 18 janvier 2019 at 17 h 14 min

      Mais c’est passé ! Simon a failli passer à un poil de c.. mais ce n’est pas passé. Comme c’est bizarre…

      • Nathan 18 janvier 2019 at 17 h 15 min

        et Monfils aussi d’ailleurs !

      • Colin 18 janvier 2019 at 19 h 14 min

        Edit : Cilic est passé à un cil près.

  21. Sam 17 janvier 2019 at 16 h 39 min

    Ce qui porte le nombre total de Frenchies présents au troisième tour à ….2.
    Ca doit encore être une sorte de record.

    • Elmar 17 janvier 2019 at 19 h 54 min

      Nous en Suisse, quand on en a deux sur la ligne de départ d’un GC, on est content. Après c’est vrai qu’il vont souvent plus loin que les français.

    • Jo 18 janvier 2019 at 17 h 39 min

      L’image que je garde de ces deux premiers tours, Français et reste du monde réunis, c’est l’accolade de Chardy à Zverev. Ce n’est pas du simple respect, encore moins du cinéma, non, c’est autre chose. Il signifie à son vainqueur qu’il a vraiment pris son pied, qu’il s’est régalé. Rafraîchissant.

  22. Paulo 17 janvier 2019 at 18 h 42 min

    10 joueurs de la next gen (nés en 96 et après) au 3ème tour, soit près du tiers des 32 encore en course :

    - Shapovalov affronte Djoko,
    - Medvedev affronte Goffin,
    - Zverev affronte la surprise Bolt,
    - Coric affronte Krajinovic,
    - Alexeï Popyrin, Australien de 19 ans, affronte Pouille,
    - Khachanov affronte Bautista Agut,
    - Tsitsipas affronte Basilashvili,
    - Fritz affronte Federer,
    - Tiafoe affronte Seppi,
    - de Minaur affronte Rafa.

    Shapovalov comme Popyrin et Coric ou encore Medvedev, n’ont pas perdu un seul set jusqu’ici.
    Tiafoe, Fritz et Khachanov ont lâché un set en route.
    Tsitsipas, de Minaur et Zverev ont perdu 2 sets en tout ; ces deux derniers ayant dû batailler 5 sets lors de leur deuxième tour.
    Bref, les jeunes ne sont a priori pas trop entamés physiquement au moment d’aborder les choses sérieuses.

    Pour les trois qui affrontent mieux classés qu’eux, je pense que :
    Popyrin a une chance raisonnable contre Pouille,
    Fritz a une petite chance contre Roger,
    de Minaur n’a aucune chance contre Nadal : face à Laaksonen, son manque de puissance est apparu de façon criante. Le pauvre va se faire démolir par le taureau de Majorque, je le crains.

  23. Elmar 17 janvier 2019 at 19 h 50 min

    Djoko le petit Playmo
    Est un drôle de coco
    Qui a donné bien des maux
    Aux vrais fans fous de Roro
    Mais en finale de l’AO
    Il prendra 3 fois 6-0

  24. Elmar 18 janvier 2019 at 11 h 21 min

    De Minaur marqué pas beaucoup de jeux mais il est exemplaire et valeureux.

  25. Kristian 18 janvier 2019 at 12 h 12 min

    Ceci dit Nadal joue tres bien. Pour un type qui n’a plus joue depuis 4 mois il fait meme une premiere semaine impressionnante.
    Bon, a quelques details pres on se dirige vers un bon vieux Classico jeudi prochain.

  26. Paulo 18 janvier 2019 at 13 h 12 min

    Fritz dominé de la tête et des épaules, de Minaur laminé ; ne reste plus que le prodige Shapovalov comme membre de la next gen pour sortir un membre du Big Three dès le 3ème tour.
    Un signe ? Il n’avait plus gagné deux matches consécutivement depuis Tokyo en octobre.
    Un autre signe ? Il vient d’embaucher un nouveau coach, Rob Steckley, un gars qui demande sûrement à être connu.
    Et puis, et peut-être surtout : Denis a le jeu pour battre Djokovic. L’année de ses 20 ans, battre le numéro un mondial dans son jardin, ça aurait de l’allure, non ? Et qui sait, ce serait peut-être un signe…

  27. Arno, l'homme des antipodes 19 janvier 2019 at 13 h 16 min

    Et bien ça y est on arrive à l’heure des braves, les 1/8emes, et c’est le moment de lâcher les pronos ^^

    Djokovic/Medvedev : Djoko en 3 sets.

    Le serbe a pas encore enclenché la seconde, mais même sans ça, le russe me paraît encore un peu tendre, spécialement en seconde balle, pour vraiment gêner le serbe.

    • Arno, l'homme des antipodes 19 janvier 2019 at 13 h 34 min

      Carreno Busta/Nishikori : Nishikori en 4 sets.

      Après deux premiers tours très compliqués, Nishi a l’air d’avoir trouvé sa vitesse de croisière ! Je vois pas CB le déranger plus que ça.

      Zverev/Raonic : Raonic en 4 sets.

      Là ça devient intéressant. Zverev a lutté comme un damné contre Chardy, et il ne faut pas oublier qu’il arrive pas forcément à 100% physiquement. Raonic lui semble retrouver son meilleur niveau et je le vois bien créer une demi-surprise.

      Coric/Pouille ou Popyrin : Coric en 3 sets.

      J’avais commencé à écrire ce petit texte parce que Pouille menait 4/0 dans le tie-break du 3ème. Sauf que non. 1 balle de break sur 10, 4 points d’avance au tie-break… Mais non.
      Enfin bon quoi qu’il arrive Coric est bien au-dessus de ces deux-là.

      Cilic/Bautista Agut : Bautista Agut en 4 sets.

      L’espagnol est clairement en pleine bourre tandis que Cilic, tout en conservant un niveau moyen plus que correct, n’a pas sorti de grosse perf depuis un moment. C’est l’heure du premier grand 8 pour BA !!!!

      Tsitsipas/Federer : Federer en 3 sets.

      Je trouve pas Fed flamboyant depuis le début du tournoi, soyons clairs. Le score contre Fritz est trompeur tant l’américain a été franchement nul. C’est surtout le revers qui m’inquiète. Dès qu’il le frappe, ça sort. Tout le reste fonctionne plutôt pas mal, mais bon… Toujours est-il que contre le grec qui fait un bon début de tournoi, ça devrait passer. Même constat que pour Medvedev contre Djoko, c’est encore un peu vert tout ça.
      Mais en tout cas ça promet un joli match !

      Tiafoe/Dimitrov : Tiafoe en 5 sets.

      Dimitrov a vraiment eu un parcours hyper simple pour l’instant et il s’est pas baladé… Il est encore loin de son meilleur niveau. Il aura l’expérience pour lui mais je vois Tiafoe créer la surprise pour son premier 1/8eme en grand Chelem. Mais ça s’arrêtera là parce que…

      Berdych/Nadal : Nadal en 5 sets.

      C’est LE choc de ce tour. Je sais qui a vu jouer Berdych mais c’est lourd, très lourd. Il est dans son tournoi de prédilection, frais, enthousiaste, et son match contre Schwartzmann a clairement été le meilleur du tournoi en terme de niveau de jeu pour l’instant.
      Nadal a été expéditif mais vu l’adversité ça veut rien dire. Ceux qui s’extasient sur De Minaur, il faudra m’expliquer… 30 coups gagnants sur un match en 5 sets contre Laaksonen… Bref, il est loin du compte.
      Si Rafa passe ce Berdych là en 3 sets, il sera très très compliqué à stopper. Mais je vois plutôt un match très indécis !!

  28. Nathan 19 janvier 2019 at 15 h 42 min

    « L’AO, toujours plus haut » avais-je dit à propos de Pouille. A un cil près, il passait facile, à un autre près, il se ratait grave suscitant le désespoir de sa plus grande admiratrice qui suit son parcours avec une ferveur mutique. Maintenant Coric, c’est une toute autre histoire. S’il l’emporte (ce qui m’étonnerait tout de même), on pourra enfin faire rimer son nom avec une autre partie de son individu pour chanter sa gloire ! But wait and see.

    Shapo a perdu. Et pas à un cil près. C’était prévisible. Cela advint. On invoquera l’âge. C’est vrai qu’il est bien jeune. Je crains hélas que son jeu pétillant et fort complet n’abuse un peu son monde. Il ne faudrait pas confondre un mousseux séduisant avec un génial grand cru champenois.

    Tsitsipas, voilà un mec dangereux. Une vraie tête de 1er de la classe, bouffi d’orgueil, voire de suffisance. Vous avez conspué Tatzio, qui au fond est un bon garçon plus travailleur qu’on ne croit. Vous allez comprendre avec Tsitsipas ! Le gars joue bien, très bien. C’est un tueur. Il a disputé récemment un match de très haut niveau avec Federer, qu’il a perdu dans deux tie-break. Federer joue bien, pas encore très bien, mais bien, même s’il est vrai qu’au tour précédent Fritz avait l’air bien pataud, presque vieillissant dans ses déplacements. Si j’étais Elmar, ce match me ferait peur. Je ne suis pas Elmar, ce match me fait peur peur quand même…

    • Elmar 19 janvier 2019 at 17 h 50 min

      Je suis Elmar et ce match me fait peur.

      • Achtungbaby 20 janvier 2019 at 9 h 50 min

        So do I !

  29. ConnorsFan 20 janvier 2019 at 6 h 11 min

    Côté féminin, Danielle Collins joue tout un match contre Angelique Kerber. Collins frappe de toutes ses forces et ne rate pas. Kerber voit passer les missiles à droite et à gauche. Victoire de Collins 6-0, 6-2.

    • Montagne 20 janvier 2019 at 9 h 29 min

      Excellente cette vidéo, tellement juste, et avec un humour corrosif.

      C’est lui qui écrit ses textes ? En tous cas, quel artiste !!

      Quand je pense à la sinistrose qu’engendrerait le même thème déclamé par Lendl.

      • Jo 20 janvier 2019 at 9 h 51 min

        McEnroe est parfait. Je dirais que John est au commissioner ce que Fabrice Luchini est à Serge Tanneur (Alceste à bicyclette). Sur une nature, une base profondément authentique, on brosse un personnage de fiction. Le texte sur mesure, formaté et lu sur un prompteur, est sans doute coécrit.

        • Achtungbaby 20 janvier 2019 at 9 h 59 min

          pour l’instant on n’a pas atteint le niveau de l’an passé je trouve, avec Becket en guest

          • Achtungbaby 20 janvier 2019 at 10 h 14 min

            becker of course !

  30. Achtungbaby 20 janvier 2019 at 9 h 48 min

    Fed n’est pas réglé en coup droit, bcp de fautes directes.

    Par contre à la volée, c’est du velour. un régal à l’oeil

    Le petit jeune en veut, c’est indécis et tendu !

  31. Remy 20 janvier 2019 at 10 h 10 min

    Globalement Tsitsipas est plus agressif et plus puissant que Rodge.
    Fed a bien mal à gérer le service du jeune.

    Fed peut a commis quelques grosses fautes en coup droit dans ce tiebreak.
    Il aurait déjà pu prendre l’avantage.
    9-9

    • Remy 20 janvier 2019 at 10 h 12 min

      encore un coup droit qui échappe alors que Fed avait pris l’avantage et c’était une balle de set …

  32. Achtungbaby 20 janvier 2019 at 10 h 11 min

    putain les fautes en coup droit !!!

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis