Soul Sisters

By  | 4 juillet 2009 | Filed under: Les filles

Venus et Serena Williams (photo DR)Il y a quinze ans le paisible microcosme du  tennis féminin était secoué par un séisme de magnitude 6.0 sur l’échelle de Richter : deux étoiles noires s’écrasaient sur cette terre et la déflagration promettait d’en changer à tout jamais la face. Du moins si l’on en croyait les prophéties du démiurge responsable de cette cosmogonie nouvelle, un certain Richard Williams.

Venus et Serena, Serena et Venus, deux extraterrestres, deux supernovas qui déboulent attifées et fardées comme personne avant, et attirent sur elles tout micro errant, toute caméra oisive. Le déferlement médiatique est à la hauteur des promesses entretenues : elles apportent une explosion de couleur dans un monde tout blanc qu’elles ambitionnent de régenter en occupant les deux premiers rangs, rien de moins ! L’intérêt suscité se nourrit de ce mélange de fascination et de révulsion, d’admiration teintée de mépris, d’opportunité mâtinée de crainte pour le tennis féminin. Nous sommes en plein baby boom tennistique et les stars classe biberon éclosent désormais sans incubation: les Seles, Capriati, Hingis, Kournikova frappent aux portes de la gloire avant même d’avoir fini leur croissance.

Venus et Serena sont de cette épopée, mais à la précocité elles ajoutent leurs origines inusitées et Papa Richard sait habilement susciter l’effervescence médiatique en dosant avec parcimonie l’événementiel, le show, le marketing, l’arrogance de déclarations péremptoires et volontiers tapageuses, quelques affabulations ou au moins une certaine propension à la dramaturgie. Tout le monde s’émeut de l’histoire des deux panthères échappées du ghetto où elles ont appris à courir après les balles, en évitant les balles.

Quinze ans après, qu’en reste-t-il ? Je choisis sciemment l’option d’un grand écart temporel pour nous poser ce samedi 4 juillet, jour de la finale féminine de l’édition 2009 du tournoi de Wimbledon. Il met aux prises, comme l’an dernier, les deux étoiles noires qui quinze ans après déchirent toujours le ciel de la WTA. Présentation des protagonistes.

Venus

Venus Ebony Starr Williams. Quand  le nom choisi prend déjà l’option d’un destin unique. Venus sera une planète, un astre. Ebony sera ce que la couleur noire offre de plus beau. Starr sera une étoile, une vedette. Du haut de ses 185cm elle toise le circuit féminin dont elle arpente les cimes depuis 1994. Son jeu athlétique et puissant fait merveille sur gazon où son service supersonique, sa solidité en fond de court, son jeu d’attaque, et sa formidable couverture de terrain en font un rempart quasi-inexpugnable sur cette surface.  Du haut de ses cinq titres au All England Club elle parle de la pluie et du beau temps avec des Navratilova, des Graf, des King. Oui, sur cette herbe prestigieuse, Venus est tout simplement l’une des meilleures de l’histoire.

Serena

Serena Jameka Williams est un peu l’antithèse de sa sœur, bien qu’elles soient quasi-indissociables. Au caractère plus introverti et timide de sa sœur, elle répond par une assurance et un aplomb qui peuvent friser l’arrogance. Serena est une championne, point barre. Elle exacerbe encore plus que son aînée les qualités morales et mentales exceptionnelles que Richard semble avoir saupoudré au–dessus des berceaux de sa progéniture. Hargneuse, battante, parfois vindicative et mauvaise perdante, volontiers vantarde, Serena est surtout une compétitrice née. Son jeu se base sur un service qui, bien que rendant quelques km/h à celui de sa sœur, est certainement le meilleur de tous les temps sur le circuit féminin. Ses coups de fond de court perforants et son retour de service exceptionnel complètent sa panoplie. Elle reste moins à l’aise au filet que sa sœur, ralentie par un physique lesté par les formes dont dame nature a généreusement voulu l’honorer (à lire avec la voix de Nelson Montfort) « ah cette tenue noire catwoman à Flushing Meadows il y a quelques années, ce fffffffffessier reeeeeeebondi et gourmand qui bat au rythme de ses courses, ce sein lourd soumis à la constante gravitationnelle emprisonné dans une trop solide brassière dont on rêve qu’il puisse s’échapper dans un instant Marceau, je bbbbbbbénis l’invention du ralenti arghhhhhhhhhh) ».

Venus vs Serena

Venus contre Serena c’est l’affiche de la finale dames de ce Wimbledon 2009, la huitième finale du Grand Chelem les opposant. C’est le choc entre deux monstres sacrés, avec 41 tournois remportés dont 7 Grands Chelems pour Venus, et 33 titres dont 10 Grand Chelem pour Serena. C’est une égalité parfaite dans le tête-à-tête avec dix victoires chacune. Alors oui, ces duels crève-cœurs ont souvent accouché de matches où la moins mauvaise des deux l’a emporté, mais leur récurrence force l’admiration.

Venus et Serena

Venus et sa petite sœur Serena ce sont dix titres du Grand Chelem en double remportés ensemble, ce qui en fait l’une des paires les plus prolixes de l’histoire. Venus et Serena c’est également une harmonie, une entente, une solidarité, un Amour jamais démentis. Voir Venus présente dans les tribunes supporter sa sœur en finale de Grand Chelem quand elle-même a été éliminée huit jours plus tôt mais est restée vaut mieux qu’un long discours. Les défaites infligées n’ont jamais altéré le respect et l’admiration mutuels qu’elles se vouent, Venus ayant notamment survécu à un Grand chelem sur deux ans de finales perdues face à sa cadette. Des fratries se sont sabordées pour moins que ça.

Alors qui va gagner dimanche, laquelle des deux fera basculer le compteur en sa faveur et aura une victoire de plus dans sa besace ? Sur le niveau entrevu je serais tenté d’avancer le nom de l’aînée ; mais le grand vainqueur sera probablement Papa Richard, une fois de plus.

Richard Williams

Comment ne pas tirer son chapeau à cet homme exceptionnel ? Ses prophéties n’auront pas été un effet d’annonce, ses filles ayant occupé toutes les deux la première place mondiale. Richard avait un plan, il l’a exécuté. Plus qu’un coach, il a été un mentor, un gourou. Ce sont davantage les valeurs qu’il aura su insuffler à ses filles qui auront garanti leurs succès, que les heures passées à limer les courts sous le cagnard californien. Ces valeurs et cette philosophie de la vie font toute la différence entre le plan Williams, et celui des trop nombreux papas éleveurs de championnes aperçus depuis vingt ans.

L’amour du tennis

Steffi Graf. Monica Seles. Martina Hingis. Lindsay Davenport. Jennifer Capriati. Kim Clijsters. Justine Hénin. Sans aller jusqu’à mentionner des épiphénomènes comme Anna Kournikova, Iva Majoli ou Jelena Dokic, Venus et Serena ont croisé le graphite avec toutes ces championnes, ex-numéro un WTA. Leur point commun à toutes? Elles sont retraitées, soit pour date de péremption avérée, soit pour burn-out déploré. Les modes se font et se défont, les joueuses passent et parfois repassent, la carrière de sportif de haut niveau étant par essence fugace, éphémère. Dans ce méli-mélo de frivolité, les plus tenaces finalement n’auront pas été celles qu’on croit. Quinze années après leur début en fanfare, quasi-trentenaires et devenues institutionnelles, les ‘soul sisters’ sont encore là, tenant la barre du bateau ivre de la WTA. Que ceux qui auront cru à l’origine à un soufflet vite retombé, à des carrières Kournikovaesques, quittent la salle. Il fait bien froid tout à coup. Quinze années après, malgré des éclipses Agassiennes nombreuses pour blessures physiques, morales, ou simples prises de recul, les ‘soul sisters’ sont encore là. Presque seules rescapées d’une génération dorée. On les a souvent soupçonnées de ne pas aimer le tennis « plus que ça », mais leur présence encore aujourd’hui n’est-il pas la meilleure preuve du contraire? Car à respectivement plus de 22 et 24 millions de dollars de gains, ce n’est sûrement pas après le cachet qu’elles courent ces jours-ci.

Le parfait équilibre

Lorsqu’elles se projettent, les sœurs évoquent la possibilité de jouer en double aux JO d’été de 2016, si la candidature de Chicago était retenue. Elles ne se fixent donc pas de limite temporelle pour leur implication dans le tennis, un peu à la Navratilova. Cette fraîcheur finalement qu’elles témoignent encore à presque trente ans est le fruit du parfait équilibre qu’elles ont pu initier dans leurs vies respectives, la place accordée au tennis n’ayant jamais consumé la Vie justement. Là où on leur a reproché leur dilettantisme parfois et leur implication dans d’autre domaines – Venus a monté sa propre agence de design d’intérieur et Serena sa propre ligne de vêtements, les deux sœurs sont notamment impliquées dans de nombreux projets communautaires et honorées de nombreux prix y-relatifs – on voit finalement que le développement de passions et activités connexes leur aura permis de se réaliser, et continuer à goûter au tennis là où tant d’autres régurgitent, dégoûtées.

La place dans l’histoire

Au moment de refermer le chapitre tennistique de leurs vies, j’espère que les sœurs Williams seront honorées et reconnues pour ce qu’elles auront finalement été, des figures marquantes de l’histoire de ce sport, du sport en général. On pourra regretter qu’elles ne se soient pas données à 100% au tennis (Serena notamment aurait pu avoir un palmarès à la Graf), mais soyons-leur reconnaissants pour la part d’elles qu’elles auront bien voulu y investir, et de porter encore aujourd’hui la WTA à bout de bras.

Que la meilleure gagne aujourd’hui. Aujourd’hui. Mais la victoire est collective et totale sur l’ensemble de leurs vies.

Tags:

135 Responses to Soul Sisters

  1. Fabien 5 juillet 2009 at 18:54

    Ben dis donc ça finira au moins à 12/10. Quelqu’un sait à quand ça remonte un tel score?

  2. Fabien 5 juillet 2009 at 19:07

    ATTENTION RECORD : C’est la première fois de l’histoire des tournois du Grand Chelem qu’une finale se gagne après plus de 20 jeux au cinquième set. En 1927, la finale de Roland-Garros entre René Lacoste et Bill Tilden s’est terminée sur le score suivant : 6-4, 4-6, 5-7, 6-3, 11-9. La même année, à l’Open d’Australie, Gerald Patterson avait battu John Hawkes 3-6, 6-4, 3-6, 18-16, 6-3 (avant l’invention du jeu décisif dans les années 70).

    source yahoo.fr et dire que certains parlaient d’une finale au rabais…

  3. Pierre 5 juillet 2009 at 19:09

    j’en peux plus…AAAARGH…

  4. Fabien 5 juillet 2009 at 19:10

    respire!

  5. Pierre 5 juillet 2009 at 19:17

    La diarrhée me guette.Confused.

  6. Fabien 5 juillet 2009 at 19:19

    argh 15/30 2 points du match

  7. Fabien 5 juillet 2009 at 19:20

    ah ben non tiens 14 partout. revenez demain matin.

  8. Kristian 5 juillet 2009 at 19:21

    Ce n’est pas aussi beau que l’an dernier (nettement meme), mais on vit quand meme un match incroyable

  9. Fabien 5 juillet 2009 at 19:22

    c’est sur que si on parle niveau de jeu ça n’a rien à voir, mais question suspense on atteint de jolis sommets.

  10. Kristian 5 juillet 2009 at 19:22

    ET je crois que Roddick n’en peut plus.. il va ceder le Rod..

  11. Fabien 5 juillet 2009 at 19:23

    oui il commence à fa

  12. Fabien 5 juillet 2009 at 19:23

    à faire une ou deux fautes pardon! m’enfin ça se joue à tellement peu à ce moment là, rien n’est fait.

  13. Fabien 5 juillet 2009 at 19:24

    0/30 ça sent la fin.

  14. Fabien 5 juillet 2009 at 19:29

    c’est fait, bravo à Fed et une pensée pour Rod qui l’aurait vraiment, mais alors vraiment mérité. Chapeau.

  15. Franck-V 5 juillet 2009 at 19:42

    Respect sans limite pour A-Rod

    Il perd son seul service.. à 15-14

  16. Christian 5 juillet 2009 at 19:42

    Ouaip… Pas un fan de Rod mais vu l’attentisme de Roger sur certaines balles, je dirais que c’est presque un hold-up. Enfin, content pour lui quand même !

  17. Marc 5 juillet 2009 at 19:43

    Content pour Fed, mais Roddick méritait au moins autant, sinon plus, de gagner ! Chapeau à lui !

  18. benoit 5 juillet 2009 at 19:44

    Réaction à chaud :

    Chef d’oeuvre de suspence avec des tie break et surtout un 5ème set au couteau. Le niveau de jeu était peut être en deça de la finale de l’année dernière, mais tout à fait correct.

    Un grand bravo à Roddick qui montre par ce tournoi et cette finale son mental exceptionnel, sa capacité à se remettrre en question et surtout à y croire même face à un homme contre qui il perdait 18-2 ! Il aurait mérité, au vue de son schéma de jeu ofenssif ce titre.

    Mais il a craqué physiquement à partir de 13-13 au 5ème set. Federer s’est accroché jusqu’au bout et a attendu 26 jeux de service avant de breaker !! Je regrette qu’li ne se soit pas montré plus offensif sur les 2ndes balles d’A-Rod. M’ais physiquement et mentalement il a été énorme. Peu importe la manière Federer a gagné son 15ème Grand Chelem. C’est cruel pour Roddick mais on arrête pas l’histoire.

  19. Fabien 5 juillet 2009 at 19:45

    Oui c’est vraiment cruel pour Roddick, je lui souhaite de bien figurer à l’Us Open et même plus, qui sait, vu le niveau de jeu affiché ici, qui sait?

  20. Franck-V 5 juillet 2009 at 19:49

    Les Dieux du tennis sont avec lui…

    51 titres du GC sur la photo devant le tableau d’honneur…

  21. benoit 5 juillet 2009 at 19:49

    Performance exceptionnelle au service de Fed : 50 aces ! Le record de Karlo a tremblé =)

  22. Franck-V 5 juillet 2009 at 19:50

    Il ne peut plus rien lui arriver

    • karim 5 juillet 2009 at 20:03

      Si, que Mirka mette au monde un petit bébé au bras gauche hypertrophié et qui pleurerait « vamoooooooooos, vamoooooooos » dès sa sortie d’utérus. Et Mirka de dire « ooooops, Sorry Roge, but Nadal was getting so hot… « .

  23. Kristian 5 juillet 2009 at 19:57

    Desormais Roddick me fait penser a Ivanisevic, on a presque envie qu’il finisse par gagner Wimbledon car il le merite. Comme Federer meritait de gagner a Roland Garros.

    Quant a Federer.. l’idee ne me quitte pas qu’il vient de realiser deux hold up consecutifs (apres RG). Il vient de jouer sa plus mauvaise finale de Wimbledon mais il gagne quans meme. Sur Roland Garros-Wimbledon, je le trouve plutot moins bon que l’an dernier. La difference, c’est que Nadal n’est pas la. Mais bon, le physique fait partie du jeu, et de ce cote Federer a toujours su se preparer au mieux pour les grands evenements. Contrairement a l’espagnol. Il n’est plus le joueur de 2004-2007, mais devant un Nadal use, un Djokovic qui regresse, un Murray qui ne confirme pas, il merite amplement de redevenir numero 1.

    • karim 5 juillet 2009 at 20:05

      Je souscris totalement. Il était temps que la réussite s’en mêle un peu, l’histoire voulait de ce champion. Tant mieux pour lui. Même s’il ne gagne plus brillamment et au talent, désormais il le fait en vieux briscard. Et ça compte tout autant.

  24. karim 5 juillet 2009 at 20:02

    Fed a gagné avec les nerfs, ce qui est nouveau pour lui dans une finale en cinq sets au couteau. Après Safin à Melbourne, Nadal à Wimbledon et Nalbandian au Masters, il remporte enfin une de ces fameuses rencontres. Mais ROddick a été énorme. J’ai beaucoup de peine pour lui parce que c’était lui le plus entreprenant dans l’échange dans ce ciquième set où Fed a poussé la baballe bien gentiment en attendant la faute. Les 50 aces ont pesé lourd, mais il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de gagner, une victoire c’est une victoire. Et Fed a gagné.

    Sampras a une classe incomparable. A côté Borg ressemble a un vieux pervert beau riche de retour d’un voyage en Thaïlande, Laver à un pappy échappé d’une maison de retraite d’Adelaïde. Pete les éclipse totalement je trouve.

    LE débat sur le GOAT est officiellement relancé. En tout cas les chiffres ont parlé. Avec des « si » on garde quand-même Laver pour les tournois qu’il n’a pas pu jouer, et Sampras pour la concurrence. Et Borg qui ne jouait que trois GC par an et a arrêté à 26 ans. Ben merde, Roger resterait quatrième?!!!!!!

    • benoit 5 juillet 2009 at 20:07

      Arrête un peu, tu as vu ses lunettes de soleil ? Horrible, non pour moi la classe incarnée c’est Borg.

      • karim 5 juillet 2009 at 20:46

        Quoiiiiiiiiiiiii?

    • Fabien 5 juillet 2009 at 20:12

      Déconnez pas, le GOAT c’est Leconte, point final. Avec ou sans lunettes de soleil.

    • Franck-V 5 juillet 2009 at 20:16

      Eh oui, Fed 4° jusqu’à la fin des temps :-)

      C’est la vie.

    • Christian 5 juillet 2009 at 20:17

      C’est qui Leconte ?

    • Marc 5 juillet 2009 at 20:20

      Sampras avait l’air d’un bénêt, comme toujours, il a enflé au point d’être méconnaissable, c’est Borg qui a la vraie classe.

      Sur la finale : ok Fed était trop attentiste, au cours du 5è set, il y avait quand même 100 winners pour Fed contre 70 our Roddick. Je veux bien qu’il y a le poids des aces, mais bon, je pense que Fed a joué de manière très correcte, mais que Roddick a fait un match de malade, avec un nombre de fautes extrêmement réduit, de vrais passings de revers, des retours d’un bon niveau, de très belles volées, et un coup droit d’attaque retrouvé. Ce n’est plus le même Roddick, qu’on se le dise !

      Parler de hold up sur RG et Wimby me surprend un peu : certes il n’y avait pas Nadal à Wimby, ms se taper Soderling, Karlovic, Haas et un Roddick en chaleur en finale, ce n’est pas rien, et à RG, il fallait se taper Del Potro et Soderling. Alors c’est vrai, j’aurais préféré moi-aussi qu’il batte Nadal, Murray ou Djoko, mais ils n’avaient qu’à se qualifier pour le tour suivant !

      • Franck-V 5 juillet 2009 at 20:25

        Oui ses tableaux étaient très délicats dans les 2 tournois, rien à dire, la pression est compréhensible..mais quel 5° set il a fourni, presque rattraper Karlovic…

        Bon quand même, il le concède 2 fois.. et A-Rod une fois, Rod a perdu au tie break du 2° set, c’est un fait.

      • karim 5 juillet 2009 at 20:47

        Sampras avait l’air de quoi? Y’a des gars qui se sont retrouvés avec un injection à se rendre place St Michel pour moins que ça (Ed Abbey si tu nous lis)!! Watch your mouth quand tu parles de Pete steupléééé!!!

        • Marc 5 juillet 2009 at 21:19

          Karim, j’adorais voir jouer Sampras, mais désolé, le voir avec sa langue pendante et l’oeil torve, il ne m’a jamais paru classieux, sauf une raquette à la main.

          Je trouve que Borg a bien vieilli et paraît bien conservé.

    • Kristian 5 juillet 2009 at 20:20

      Tout a fait Benoit. et puis bon comparer un type qui a 40 ans a un type qui en 55…
      Je me souviens que Laver avait aussi beaucoup de classe quand il remettait les trophees dans les annees 80.

  25. Franck-V 5 juillet 2009 at 20:19

    On ne pourra pas lui reprocher d’avoir zappé le suspens pour son 15° en tout cas.

    Je ne sais pas encore comment Rod a mis sa volée dans le couloir dans le tie break du 2° set, et ses 4 balles de sets non plus, je crois que ça a bloqué.. lol

  26. benja 5 juillet 2009 at 20:24

    rien vu, mais ça vait l’air bien sympa. allez Roger un peu de patriotisme: une Coupe Davis avec Stan et puis les JO à Wimbly pour terminer!!

  27. benoit 5 juillet 2009 at 20:24

    S’il y avait 2 moments forts à retenir qui ont fait basculer la rencontre, je dirais la viollée de revers ratée de Roddick dans le tie break du 2ème set et les 2 balles de break d’affilée sauvées par Federer dans le 5ème set (vers 8-8) d’un service gagnant et d’une volée liftée de coup droit.

  28. Franck-V 5 juillet 2009 at 20:38

    Bon, en moins de 2 mois, on passe de Nadal tenant de 3 titres du GC à Federer dans la même situation, ce n’était pas forcément écrit d’avance… comme l’année 2008, en fait.

    Tout change vite.

    Bah franchement , si il arrive à se remotiver pour l’US Open, avec la naissance, en zappant les 2 MS 1000 US, chapeau.

    • karim 5 juillet 2009 at 20:49

      Après RG j’avais cette impression que le « casse » se poursuivrait jusqu’à l’USO. Il le remportera je pense. Nadal ne sera pas remis, et les autres sont moins fiables.

  29. MarieJo 5 juillet 2009 at 21:06

    honnêtement j’ai cru qu’après avoir vendangé ses 4 balles de set, roddick allait payer cash… j’ai lâché pour la plage, c’est pas un crime ?
    plus le temps passe plus c’est dur pour fed y compris contre roddick sur gazon !
    l’américain méritait de gagner pour son abnégation à se jeter encore dans l’ascension du fed-ever-est ;) mais, l’histoire en à voulu autrement.
    franchement, c’est sur sa première balle de 2è set, qu’il rate roddick, son service ne passe pas et fed fait un très bon retour et lui colle un revers croisé imparable.
    une balle au corps aurait suffi pour remporter ce set, fed en a raté bcp en retour.
    après, je me dis, que si roddick avait servi en prem’s dans le 5è pas sur que fed aurait tenu, mais c’est une autre histoire.
    dommage qu’ayant eu la chance de servir pour le match, andy ait coincé.
    malgré la défaite, fed a gagné d’une courte tête, ça ne peut que motiver roddick et tous les autres qui voient la marge de fed se réduire sur ceux qu’il a toujours dominés.
    aujourd’hui fed gagne encore mais n’est plus capable de dominer, pour combien de temps ? y’aura plein de GC pour y répondre.

    PS : un article sur rafa ? j’ai déjà un truc à finir pour demain, pas tout de suite.

    • karim 5 juillet 2009 at 21:18

      « mais n’est plus capable de dominer, pour combien de temps ? »

      A la rigueur Marijo ça n’a plus de sens, il a 15 titres du GC! Même s’il ne remporte plus le moindre tournoi, perd contre Santoro au premier tour des six prochains tournois, ça n’a plus la moindre importance désormais. Je ne crois plus que dominer le circuit soit un but. Plus que jamais il ne va jouer réellement que les GC où il a acquis une expertise peut-être jamais vue. C’est une bête à GC. Il arrive toujours préparé parfaitement et va jusqu’au dernier match depuis six ans à deux exceptions près!!!!!

  30. Pierre 5 juillet 2009 at 21:06

    Moi j’ai même pas envie de parler de ce match tellement ça m’a usé (Karim, tu as zappé ?)…Mais, une fois pour toutes, Pete a la classe américaine, hypra cool et sourire naturel. Le débat est clos en ce qui me concerne ! Allez, une claque sur les… et au lit mon Pierrot, assez de tennis pour aujourd’hui. J’men vais finir Paper Boy, un excellent roman noir américain, bonne nuit à tous !

  31. Guillaume 5 juillet 2009 at 22:15

    Cette finale me laisse un goût bizarre. D’un côté, je suis content de voir enfin Sampras rayé des tablettes (désolé, mais un recordman de victoires en GC qui soit incapable de jouer sur terre battue, ça fait à peine plus sérieux que les 12 GC d’Emerson :) ).

    De l’autre… Roddick méritait de gagner. Comme à Madrid il y a quelques semaines, il a montré que Fed n’a plus de marge sur lui. Roddick a une nouvelle fois prouvé être capable de bosser comme un malade pour regoûter un jour aux joies d’un titre en GC. Sa force de caractère est un modèle du genre.

    Là, il a rendu chèvre Federer. Au 5e set, Roddick faisait cavalier seul sur ses jeux de service quand le Suisse souffrait un peu plus. Si Federer n’avait pas servi en premier, il aurait perdu 7/5 ou 8/6.

    Je pense que Roddick se remettra de cette défaite. Et j’aimerais vraiment qu’il atteigne son Graal du côté de Flushing. Après tout, pourquoi pas ? Federer sera jeune papa et donc probablement un peu ailleurs, Nadal sera encore en rodage. Quant à Djoko et Murray, Roddick ne les craint pas. Alors why not ?

    • karim 5 juillet 2009 at 22:23

      Why not? Because JMDP!!!

    • Marc 5 juillet 2009 at 22:56

      Bonne analyse, Guillaume, et la marge a diminué surtout parce que Roddick est devenu un joueur bcp plus complet.

      Karim et Antoine, nous vous attendons à Canossa pour expier les vilénies que vous avez proférées à propos du brave Andy, qui non seulement n’est pas un joueur avec un seul coup, mais qui a vraiment un courage et une volonté inouïs pour se remettre ainsi au boulot à 26 ans. Il est beaucoup moins doué qu’un Fed, mais je pense qu’il bosse plus.

      Je regrette vraiment que Fed n’ait pas un jour bossé avec Stefanki, je suis certain qu’il en serait ressorti avec un revers à toute épreuve.

      Si Fed devait ne pas gagner l’US Open, franchement, je souhaite de tout mon coeur que ce soit Andy qu’il le gagne, et j’espère qu’il ne restera pas brocouille à Wimbledon : une victoire à la Goran, comme évoqué + haut, ce serait super. Mais bon, un Rafter n’a pas gagné Wimby, et pourtant, il avait le jeu pour…comme un Henman !

      • Franck-V 6 juillet 2009 at 01:01

        Pas brocouille à Wimbledon comme on dit dans le Bouchonnois.

  32. Antoine 5 juillet 2009 at 23:07

    Je n’étais pas plus content que cela de voir le Suisse gagner ce match parce que j’ai trouvé que le plus méritant des deux était Roddick et que c’est l’Américain qui, globalement, a le mieux joué.

    Hier, je trouvais limite qu’il donne une interview pour nous parler de l’Histoire, des ses records etc..et qu’il sous estimait Roddick. Il le sous estimait bel et bien au point d’avoir faire inscrire en gros et or « 15 GC » sur son survêtement ridicule, recouvert d’un cache qu’il a enlevé après avoir gagné..Il aurait mieux fait de visionner qq cassettes afin de comprendre en quoi Roddick avait progressé (quelqu’un trouve encore qu’il a un revers pourri ?) sur le plan tennistique et sur sa condition physique..

    Il était sûr de gagner et il a failli passer à la trappe..et quand Roddick a égalisé à 2 sets partout, ceal commençait à sentir franchement mauvais pour le Suisse parce qu’il n’avait toujours pas réussi à prendre son service une seule fois, comme l’année dernière contre Nadal soit dit en passant, et que l’on pouvait se demander si ce n’était pas lui qui allait craquer le premier. Il avait le léger avantage théorique de servir en premier mais, en réalité, c’était une illusion parce qu’il était assez évident que s’il perdait son service, l’autre n’allait certainement pas le rater..Le premier qui perdait son service avait perdu le match..

    Et à la fin, Roddick, qui en était à son troisième cinquième set consécutif, à finit par faire les fautes qui ont permis au Suisse de gagner. Le principal mérite de Federer est d’avoir tenu jusque là, essentiellement grâce à son service car c’est certainement la première fois qu’il passe 50 aces dans un match…Mentalement, il a été là.

    Il n’a pas volé le match et a marqué 10 points de plus que Roddick au total (223 vs 213) mais il n’a pas, mis à part au service, particulièrement bien joué contrairement à ce qu’il a dit après le match..En retour, il a été incapable de lire le service de Roddick durant tout le match et l’Américain dit que c’est d’ailleurs la première fois que cela arrive. Par ailleurs, il jouait trop court le plus souvent et était dominé à l’échange, quand il y en avait, dans les deux derniers sets. Sur le plan tactique, il me parait invraisemblable qu’il ne soit pas monté davantage, surtout au cinquième set ou Roddick aurait quand même eu du mal en revers à tirer des passings après 3h30 de match..Au total, il n’est monté que 59 fois, soit sur moins de 14% des points, un taux très nettement inférieur à ce qu’il fait contre Nadal qui est tout de même un bien meilleur passeur que Roddick..Bref, tactiquement il n’a pas bien joué..faute d’y avoir réfléchi un tant soit peu avant..

    Bon, maintenant, le principal pour lui et le reste, c’est qu’il ait gagné..

    Mais cela ne m’aurait pas franchement déplu que Roddick sabote la petite Party qu’ils avaient concocté avec Sampras, Borg et Laver.. Je n’aimerai pas être à la place de Roddick ce soir et je promet de ne plus le traiter de bourrin d’Omaha…Il va s’en vouloir pour le tie break du deuxième..

    • Marc 6 juillet 2009 at 06:53

      Assez en phase avec toi, Antoine, un Federer trop attentiste, limite Murray, qui aurait dû monter bien plus souvent, et assez mauvais en retour par rapport à d’habitude.

      Un Roddick exceptionnel sur des coups (revers, volée et retour) sur lesquels il était médiocre jusqu’à l’ère Stefanki).

      J’aurais été content pour lui s’il avait gagné, je pense qu’il le méritait.

      Maintenant, tu peux estimer que Fed est hautain et prétentieux avec ses fringues à la con, quand tu l’écoutes dans ses discours, il ne l’est pas, il cite l’absence de Nadal, reconnaît avoir eu de la chance de s’en sortir. Roddick avait d’ailleurs aussi la classe absolue dans son discours hier.

    • karim 6 juillet 2009 at 09:48

      On a vu le même match, pas de doute.

      Pour Roddick il a montré quelque chose de fort sur ce tournoi, et joue bien depuis le début de l’année. Il a toutefois du mal avec la dernière marche et s’il rate le coche à l’USO je pense que le soufflet va retomber. En fait il y a cet effet placebo du nouveau coach qui n’est pas à négliger. Je ne mets pas en doute les talents de Stefanki mais on ne transfigure pas le jeu d’un gars de 27 ans. On lui regonfle son moral, on lui redonne confiance, on change son schéma de jeu. Mais globalement Roddick ne fait aucun nouveau coup, il savait faire tout ça mais ne savait pas l’appliquer. Et avec les mois qui passent, ça va se tasser. Rappelez-vous l’effet Connors. Il avait fait un super match à l’US contre Federer, le niveau était nettement plus élevé qu’hier, et il avait joué le feu. Ensuite il s’était à nouveau endormi. Retour à son jeu normal.

      Hier il a été très offensif, et je l’ai vu faire plus de coups droits gagnants qu’au cours des quatre dernières années confondues. C’était très bon. Et physiquement il est plus vif c’est certain, c’est ce qui lui permet d’arriver en bout de course et lâcher des passings de revers le long de la ligne. Son revers n’est pas meilleur techniquement que ce qu’il était, c’est juste qu’il atteint les balles dans de bien meilleures conditions, et ça compte autant.

      Je fais partie de ceux qui n’auraient pas été mécontents hier que Roddick ait enfin son courage récompensé.

  33. Guillaume 6 juillet 2009 at 00:32
    • Pierre 6 juillet 2009 at 09:37

      attends, sur le deuxième lien, c’est pas Sampras !

    • karim 6 juillet 2009 at 10:04

      C’est bon tu l’auras cherché: place St Michel cette nuit à 02:00 am. Tu me reconnaitrs j’aurai un sweat à capuche jaune avec Mickey dessus. Je l’ai acheté à Disneyland Paris y’a neuf ans, si tu veux le même on peut s’arranger ma soeur en avait pris un mais ne le porte pas. Bref c’est pas le sujet, je t’attends. Tu vas regretter d’avoir mollardé sur l’idole avec un lien pourri qui ne passe pas, le premier, et un second lien qui n’a rien à voir avec Sampras. Tu peux te faire accompagner de Marijo si t’as peur. Je peux vous faire un tarif de groupe.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis