Deux-trois jours en Lorraine

By  | 27 septembre 2010 | Filed under: Rencontres

Arrivée à Metz et, dès la sortie de la gare, la sensation que la communication autour de l’évènement a été bien gérée : affichage intensif dans les rues, mise en avant dans les commerces… L’Open de Moselle semble bien l’affaire de tous, et le complexe des Arènes, proche du centre-ville et bien agencé, est une réussite. Bienvenue en Lorraine.

Mercredi 22 septembre.

Début des festivités sur le court annexe où, après un épisode de charpenterie pour consolider le court posé à même le revêtement au sol, Kristof Vliegen et Federico del Bonis doivent en découdre. Témoins privilégiés parmi les quinze spectateurs parsemant les gradins, Xavier Malisse et Dick Norman. Ils se parlent en Flamand : dommage pour la compréhension, car la démonstration de leur ami Kristof dans le premier set à l’air de les inspirer. Vliegen, c’est le talent made in Belgium : une vraie main, la capacité à caresser la balle ou la fouetter, bref l’art et la manière de faire tourner l’adversaire en bourrique avant de l’achever par une amortie, un contrepied ou une montée au filet bien sentie. Certes, l’individu est épais comme une crevette, mais ce qui est réellement handicapant face aux tous meilleurs mondiaux relève de l’anecdote contre le jeune Argentin de 19 ans. Premier set 6/2.

Thierry Ascione, Villeurbannais de naissance, est devenu au fil des ans Messin de cœur. Il a participé à toutes les éditions de l’Open local, connut aux Arènes sa seule sélection en Coupe Davis (défaite sur Ivan Ljubicic en 2004), et surtout « c’est ici que se trouve ma famille de cœur, Yvon Gérard, Julien Boutter et tous les autres. Julien, c’est avec lui que je tapais la balle quand il était au top niveau ! J’ai beaucoup appris à son contact. » C’est pourquoi « Beef », un surnom qui se passe de commentaire, a choisi Metz pour faire ses adieux au circuit professionnel. Mais la fête fut en partie gâchée lorsque, battu au premier tour par le Néerlandais Sisjling, Thierry apprit à sa sortie du court que sa chambre d’hôtel avait été dévalisée. Au lieu de refermer son chapitre « tennis » en grande pompe, devant un parterre de journalistes assez imposant, le Français passa le reste de sa journée à effectuer une déposition au commissariat. Place maintenant à la vie de Monsieur Tout-le-monde : Thierry Ascione a monté une société de conseil en défiscalisation à… Metz, s’essaie à l’activité de consultant télé… et entend bien profiter de sa vie de jeune marié !

Retour sur le court annexe. Le problème du talent en Belgique, qu’il s’agisse de Malisse, de Vliegen ou de Christophe Rochus, c’est qu’il est souvent représenté par des joueurs à la mentalité douteuse : en l’occurrence, Kristof est du genre à s’agacer pour pas grand-chose : un coup raté, des enfants qui vont et viennent dans les allées, le pas d’un photographe dans les coulisses… Les « bordel ! » s’enchaînent jusqu’à ce que tombe logiquement un avertissement. Le Belge passe alors aux insultes en Flamand : c’est incompréhensible et, si l’on en juge par la longueur des monologues, c’est nettement plus fleuri que le fameux « bordel » qui passerait du coup pour très diplomatique. Federico del Bonis, lui, a le mérite de demeurer imperturbable. Grand spécialiste de terre battue (trois finales en Challenger cette saison, dont un titre à Rome), il commence en ce deuxième set à prendre ses marques sur la surface : la première balle de service passe plus souvent et enchaîne les aces, le lourd coup droit de gaucher fait craquer Vliegen, et c’est assez logiquement que l’Argentin remporte le second set 6/4.

Journée coming-out : en indoor, Tommy Robredo est agréable à voir jouer. Intelligent, le Catalan sait adapter son jeu : plus agressif, plus à plat, se forçant à prendre la balle tôt, il bat Denis Istomin, que beaucoup d’observateurs voyaient en challenger potentiel pour le titre, en deux petits sets.

Dernière manche entre Vliegen et del Bonis, et le dernier mot au Belge (6/3). Le jeune Argentin, assez massif, n’a – pour l’instant ? – pas les armes pour briller sur surface rapide. En revanche, ça n’aurait rien d’étonnant de le retrouver à court ou moyen terme sur terre battue.

19h. Paul-Henri Mathieu vient de gagner son premier set contre Richard Gasquet. Mais une rumeur court en salle de presse et détourne l’intérêt des deux tennismen pourtant occupés à disputer le meilleur match de la semaine : Gaël Monfils, tenant du titre à Metz, serait forfait. Julien Boutter, directeur du tournoi, se présente bientôt, mi-figue, mi-raisin, et confirme : « Gaël est arrivé à Metz aujourd’hui, s’est entraîné sans problème apparent, a fait des séances de pompes sous les yeux du public, comme si de rien n’était. Je l’ai croisé dans les couloirs à la fin de son entraînement et il m’a dit « Tu sais, je ne vais pas pouvoir jouer, j’ai une douleur aux abdos. » Et il est parti. » Le programme du lendemain, jour d’entrée en lice de la tête de série N°2, était déjà prêt, le Français bombardé attraction N°1 en l’absence de Tsonga ou Llodra. Julien Boutter : « Si je l’ai mauvaise ? Je n’ai aucune raison de mettre en doute la parole de Gaël. Il me dit qu’il est blessé, je le crois. C’est plutôt dans la manière que je trouve son attitude légère. Normalement, ce n’est pas à moi d’être ici, devant vous… » Gaël, déjà dans le TGV pour Paris, se fendra d’un coup de téléphone pour expliquer sa douleur : « J’ai mal aux abdos depuis la Coupe Davis. Je n’arrive pas à servir correctement et je ne veux pas prendre de risques. Je vais passer une échographie et on verra ce qu’il en est exactement. » Rentré en la capitale en soirée, Gaël aura, mais à quel prix, évité de se retrouver bloqué à Metz par le mouvement de grève.

Jeudi 23 septembre.

Xavier Malisse est en forme. Remonté parmi les cinquante meilleurs mondiaux à la faveur notamment de demi-finales à S’Hertogenbosch et Washington, le Belge s’est remis en marche et entend profiter des quelques années qui lui restent sur le circuit. Aujourd’hui, c’est Ivan Ljubicic qui va faire les frais de ces bonnes résolutions. Solide, percutant, concentré même, l’ancien demi-finaliste de Wimbledon livre un excellent match et sort Ljubicic en deux manches : 7/5 6/2. Le grand chauve avoue quant à lui se sentir « très las » et se « poser des questions quant à la suite de ma carrière ». Même si les pépins physiques n’y sont pas pour rien, son titre à Indian Wells en début d’année ressemble de plus en plus à un feu d’artifice final. Courage, Ivan !

Etre rasta, c’est un état d’esprit… tout autant qu’une image à cultiver. Ca, Dustin Brown sait faire. A quelques minutes de jouer leur double contre les Américains Kerr et Parrott, son partenaire Rogier Wassen, très… germanique, s’échauffe sérieusement, tandis que le Jamaïquain reste assis sur sa chaise, jambe repliée, tout occupé à essayer  de faire tenir sa raquette en équilibre sur sa tête. La nuit dernière, lors de la traditionnelle « nuit des joueurs » organisée au Channel, haut lieu de la vie nocturne messine, Dustin a été le dernier à regagner ses pénates, plutôt tôt le matin que tard le soir…

Kristof Vliegen, lui, ne manquera pas à grand-monde. Battu en deux sets par Jarkko Nieminen, il a, en guise « d’au revoir », réussi à s’embrouiller avec les enfants en quête d’autographes à la sortie du court, finissant même par les bousculer pour regagner les vestiaires. La classe.

Le cas Monfils, épisode II. Aujourd’hui, c’est à Yvon Gérard, manager général de l’Open de Moselle, de prendre la parole, dénonçant « un irrespect incroyable » de la part du Français. Les mots sont durs : « Si Agassi fait un caprice, il peut se le permettre, vu son palmarès. Mais Gaël et ses deux titres en carrière… Moi présent, Gaël Monfils ne sera plus une priorité à l’Open de Moselle. On préférera casser la tirelire pour des gens sérieux comme Tsonga ou Michaël Llodra. » Il convient de préciser que Gaël avait touché environ 50 000 dollars de garantie pour venir jouer à Metz, et que les organisateurs s’étaient même pliés à tous les desiderata de leur vedette, allant jusqu’à accepter un montage baroque (quart de finale programmé tôt le vendredi, demi-finale éventuelle planifiée tard le samedi) afin de permettre à Gaël de faire entretemps l’aller – retour à Paris pour assister au mariage d’un ami. A Julien Boutter le mot de la fin : « Oui, je suis dépité. Vous ne le seriez pas, vous, dans pareil cas ? »

15h40. L’auteur de ces lignes créé une mini-émeute sur le court annexe : il vient de désigner Dick Norman à une meute de chasseurs d’autographes en culottes courtes, leur expliquant qu’ils sont face à une légende du jeu, tombeur d’Edberg à Wimbledon il y a déjà quinze ans et encore finaliste de Roland-Garros en double l’an dernier. Résultat, le grand rouquin est assailli par les petits maillots orange, tandis que sur le court Dustin Brown goûte peu l’attroupement et fusille du regard la tribune. Ce qui n’empêchera pas le tandem alemano-jamaïcain de se qualifier pour le prochain tour… et d’un peu plus tard remporter le titre, premier trophée en carrière pour Brown, cinquième pour Wassen, qui avait été remplaçant au Masters il y a quelques années de cela.

Hier, il a refermé le chapitre sportif de Thierry Ascione. Aujourd’hui, il a peut-être commencé à écrire sa propre histoire : Igor Sijsling, tout juste 23 ans, a en tout cas montré de belles choses malgré la défaite contre Gilles Simon (6/1 6/7 6/3). La parole au Français au sujet de son adversaire : « Il sert très bien dans les moments-clés, monte pas mal à la volée… Il a aussi une attitude un peu étrange : il n’exprime pas grand-chose de ses émotions, c’est déroutant. Il a en tout cas beaucoup de talent, sent très bien le jeu, même si c’est visible qu’il se cherche encore un peu sur la façon de jouer : il réussit de supers coups et fait des fautes faciles tout de suite après. » Voilà la synthèse d’un joueur à l’excellent service, au jeu de fond de court solide (revers à une main, s’il vous plaît) et adepte régulier du service-volée. Un vrai joueur de main, auteur de ce qui sera l’un des plus beaux points du tournoi : à l’issue d’un échange de fond de court, il tente une amortie croisée, que Simon parvient à remettre empoisonnée dans le replacement. Pris à contrepied, le Batave parvient pourtant à la remettre du bout de la raquette, effectuant un demi-tour sur lui-même et achevant cette fois Simon… dans le replacement toujours. Un grand manieur de balle. A suivre.

Vendredi 24 septembre.

Le meilleur moment de la journée ? Peut-être bien. Le plus apaisé, en tout cas, presque le plus intimiste. Il est 11h et les Arènes sont encore désertes. Pas âme qui vive dans le d’habitude bruyant village commercial, à peine plus sur le Court central où Xavier Malisse s’entraîne avec un enfant sous les yeux indifférents des techniciens de Paris première, occupés à installer leur matériel en vue de la diffusion télé l’après-midi. On n’entend rien d’autre que le bruit régulier des tamis rencontrant la balle et, en fond sonore, le ronronnement de la ventilation. Le calme avant la tempête…

Et la tempête, justement, la voici venir. Pas aussi violente que celle qui a secoué l’inconsciente barcasse de Gaël Monfils, pas épargné par la presse lorraine, mais piquante du vent de la revanche. Souvenez-vous ; Xavier Malisse, il y a à peine un an : « Quand je vois que Gilles Simon a réussi à se hisser dans le Top 10 mondial, je me dis que beaucoup de choses sont possibles. C’est affreux ! Il ne joue pas mal, mais ce n’est pas un grand talent. Il garde juste la balle dans le court. Il est vrai, ceci dit, que c’est déjà un bon début. » Du Malisse dans le texte, toujours franc-jeu quitte à être provocateur. Mais maintenant, il faut assumer sur le court. Car comme Gilles Simon le faisait de son côté remarquer à la veille du match, « je l’ai déjà battu et on sait à quoi s’attendre l’un comme l’autre : c’est un joueur talentueux, l’un des plus doués de sa génération, qui n’a pas forcément eu la carrière qu’il aurait mérité pour X raisons. » Il y aura eu un condensé de tout cela dans leur face-à-face. De l’opiniâtreté chez Simon, combatif et performant malgré un petit manque de confiance encore visible dans les moments chauds. Du talent et une capacité certaine à la frustration chez Malisse, notamment après un début de troisième set raté dont il ne se remettra jamais. Regrettable car, dans l’ensemble, le match a été d’un très bon niveau, l’un des meilleurs mêmes de la semaine après le Gasquet / Mathieu. Quand au jeune papa Simon, au vu du niveau développé cette semaine et des victoires engrangées, on prend le pari qu’il va animer la fin de saison !

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

98 Responses to Deux-trois jours en Lorraine

  1. Rabelaisan 27 septembre 2010 at 11 h 31 min

    Article formidable Guillaume. L’arrivée du train en gare de Metz, ça commence bien et fait penser au reporter qui parcourt le monde de tournois en tournois. C’était bien le TGV pour Bangkok?

    Vraiment, j’aime beaucoup le mélange de scènes obligatoires, donc déjà lues ailleurs dans la presse, que tu as eu l’occasion de voir en direct avec les autres journalistes (le forfait de Myson, Vliegen gros con) et de moments plus intimistes, les presque-riens qui font toute la différence.

    Le passage sur Dustin Brown est très bon.
    Dick Norman légende du jeu: j’ai l’impression que tout comme moi tu détestes les gosses ;)
    Malisse: j’avoue que je suis toujours passé à côté de son prétendu talent. Je ne vois pas ce qu’il a de plus doué que les autres de sa génération, qui en ferait un poète maudit flemmard. C’est ce qui m’avait fait marrer dans sa décla: pour moi Simon a une main bien meilleure. Leur match en est l’exemple: Simon produit beaucoup plus de jeu que Malisse qui n’a presque rien foutu des 3 sets.
    Ascione consultant en défiscalisation: c’est marrant cette passion des tennismen pour la défiscalisation. Le tennis sport éternellement de droite?

    • Colin 27 septembre 2010 at 11 h 42 min

      Un bien beau métier qui peut même vous valoir la légion d’honneur!

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 12 h 12 min

      C’était soit Dick, soit Wesley Moodie. Et comme j’ai toujours trouvé que Moodie avait une tête un peu flippante…

  2. Colin 27 septembre 2010 at 11 h 36 min

    Gilles Simon a continué à garder la balle dans le court jusqu’à dimanche inclus, et, après Malisse, Kohlschreiber et Zverev en ont fait les frais!

    Bravo à Guillaume pour ce reportage passionnant, qui nous donne l’impression d’avoir été sur place.

    Qu’est-ce qu’il a fait de ses 50 000 $ de garantie La Monf’? Il les a mis dans la corbeille de la mariée?

  3. Antoine 27 septembre 2010 at 11 h 57 min

    Excellent, vraiment excellent, ce deuxième Opus sur l’Open de Moselle Guillaume ! Comme Colin, j’ai l’impression d’avoir assisté à ces rencontres.

    Je me demande aussi si Monfils a empoché sa garantie ou si le contrat a permis aux organisateurs de ne pas lui filer le blé, ce que j’espère pour eux !

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 12 h 11 min

      C’est une question que j’aurais aimé poser, mais je n’ai pas eu occasion de recroiser Julien Boutter suite à ce qu’on appellera le nouvel épisode des aventures de Gaël. Considérant qu’il n’a pas tapé la moindre balle « officielle », j’imagine qu’il ne touchera pas la garantie… J’espère, en tout cas !

      • Antoine 27 septembre 2010 at 16 h 19 min

        Ca, ce n’est pas sûr du tout parce que Gaël s’est pointé, s’est entraîné et a déclaré forfait ensuite..et les propos du directeur général assez remonté que tu cites laissent plutôt penser qu’ils ont malgré tout du passer à la caisse et filer 50 000 $ à l’ami Gaël..

        Le propre d’une garantie dans le milieu, c’est que cela garantit tout au joueur pourvu qu’il se pointe, et rien à l’organisateur..J’imagine mal un contrat qui dirait que la somme n’est due que pour autant que le joueur joue un point ou même termine son premier match..A mon avis, Gaël a palpé les sous et c’est d’ailleurs l’unique raison pour laquelle il s’est pointé. La veille, il faisait la même chose à EuroDisney et j’imagine qu’il n’y est pas allé uniquement pour voir Mickey..En deux jours, l’ami Gaêl a du palper 100 000, pas si mal…

  4. Ulysse 27 septembre 2010 at 12 h 05 min

    Du Guillaume standard (je précise que c’est un compliment puisqu’apparemment tu ne sais pas les identifier).

    Intéressant de découvrir des impressions de première main sur des noms qui n’avaient de familier que le fait de les avoir rencontré des dizaines de fois dans les tableaux de résultats. Je découvre le conformisme rasta de Dustin, le revers prometteur de Sisjling (photo à l’appui), la connerie présumée de Vliegen.

    La totale désinvolture du sprinteur vécue de l’intérieur du tournoi est assez marrante. A l’inverse Simon paraît intelligent. Je cherche un autre adjectif mais je ne trouve pas. Il commence à me plaire ce type en ce qu’il fait exploser l’uniformisation qu’on pouvait crainder galopante du tennis de haut niveau. Finalement, est-ce qu’on a vu dans ces dernières années quelqu’un qui a été capable de battre Nadal en le prenant de front sur la régularité et la défense comme il l’avait fait à Madrid ?

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 12 h 21 min

      It was a joke.

      Dans le même d’ordre idée, la tranche 100/200 du classement ATP de cette semaine a de quoi rendre songeur : on a du James Blake, du Paul-Henri Mathieu, du Igor Andreev, du Robby Ginepri, du Gaston Gaudio, du Nicolas Massu, du Nicolas Lapentti, du Stefan Koubek, Gilles Muller, Kunitsyn, Nishikori, C. Rochus… Et au milieu, des Dimitrov, Harrison, Sijsling, Kontinen ou del Bonis qui tentent de se faire une place au soleil.

    • Ulysse 27 septembre 2010 at 15 h 00 min

      Moi itou c’était joke.

      Le tennis peut rapporter plein de pognon … d’où les migraines de ces pauvres gars pour défiscaliser. Beaucoup de gens s’en sont aperçus et le top 200 n’a clairement jamais été aussi dense. C’est un terrible panier de crabes. Le petit crabe talentueux du fond n’a jamais eu autant de mal à de faire une place au soleil.

      Finalement le dernier à l’avoir fait rapidement c’est le nadalou de service. Le meilleur derrière lui c’est JMDP et il émerge presque deux ans plus agé. Dur, dur pour les petits nouveaux.

  5. May 27 septembre 2010 at 12 h 24 min

    Merci Guillaume, envoyé spécial de 15LT, de partager ton expérience vue de l’intérieur de la « vrai » vie sur le circuit ATP. Et aussi de nous relater toutes ces petites annecdotes toujours croustillantes sur le joueur lambda qui donne envie de s’y interesser que se soit hors ou sur le court.
    Je suis d’accord avec toi, je sens que Poussin-Gilles va faire parler de lui ces prochaines semaines.

  6. Djita 27 septembre 2010 at 12 h 50 min

    Tu es un vrai passionné Guillaume, je trouve ça fascinant. En tout les cas, bravo.

  7. Franck-V 27 septembre 2010 at 13 h 10 min

    2 -3 jours en Lorraine détaillés par Guillaume, et ainsi décortiqués, ça permet de rendre intéressant ce tournoi vu de l’intérieur dont sinon, je ne retiendrais que l’abominable supo de Hulk.

    Et une bonne semaine pour Monfils à ce qu’il semble.

     » L’arrivée du train en gare de Metz » souligné par Rabelaisan, loin de Bangkok, ça me fait penser plutôt à ça. Il suffit d’une tournure de phrase.

    http://www.youtube.com/watch?v=2cUEANKv964

    Et sinon, le tableau de KL semble plus fourni que celui de Bangkok avec Sod, Berdych et Davy qui défend son 1er titre automnal.

    • Rabelaisan 27 septembre 2010 at 13 h 42 min

      Bien joué Franck, c’était le but de la tournure et puis ça aurait été un peu forcé de parler de la sortie de l’usine de Metz ;)

  8. Nath 27 septembre 2010 at 13 h 51 min

    Merci pour cette belle plongée au coeur du tournoi lorrain, ainsi que pour l’interview intégrale de Jean Gachassin. A la suite d’une conf. de presse, ce n’est pas toujours évident d’en trouver une (à moins que je cherche mal), ce que je trouve un peu dommage, même si quand l’article correspondant est bien construit, je ne m’en plains pas.
    Sur le plan de la fréquentation, c’était comment à part le court annexe mercredi?

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 15 h 28 min

      Bonne question. D’un côté, des gradins plutôt clairsemés et pour tout dire jamais pleins durant mes trois jours là-bas. De l’autre, Julien Boutter qui dit que tous les billets ont été vendus. Ce qui laisserait donc penser que les spectateurs ne viennent que pour les grosses affiches, lesdites affiches étant opportunément programmées en fin d’après-midi / début de soirée, après les sorties de bureau. Le week-end, le taux de remplissage fut sans doute meilleur.

  9. Baptiste 27 septembre 2010 at 14 h 24 min

    Super article Guillaume, encore un. Ca me fait bien marrer moi les histoires de sliderman. Quel tocard ce mec.

  10. Nath 27 septembre 2010 at 14 h 26 min

    Effectivement, comme en 2009, le tableau de Kuala Lumpur est vraiment pas mal pour un 250, comme celui de Pekin sera beaucoup plus relevé que Tokyo, où étaient en plus inscrits les blessés du moment (Gonzo, Hewitt, Bennet’, Petzschner…)

    Un seul tournoi cette semaine chez les filles, à Tokyo justement, avec un très beau tableau, et des absences remarquables également :?
    Tout le top 20 est présent sauf Serena, Justine, Kim, Venus (et Na Li)… Et Sharapova, que je voyais quasiment favorite, a été piégée dans un premier tour… piégeux. Kimiko a encore fait des siennes :mrgreen: Après avoir battu Safina (X2) et Petrova cette saison, elle s’est payée le scalp d’une nouvelle Russe!

    Je ne sais pas si c’est parce que je connais moins le circuit WTA, mais il y a beaucoup de filles qui me paraissent dangereuses 8O

  11. Le concombre masqué 27 septembre 2010 at 16 h 58 min

    Alors pour faire vivre un peu le site quand la protégée de Monsieur Seguin pouponne et gagne plus en travaillant moins,

    Un ptit mot sur Bangkok:

    Bon déjà, un tournoi ATP 250 à Bangkok, quan on y pense c’est assez exotique, mais le tableau du premier tour m’enchante:

    outre les qualifiés, pas encore connus par lequipe.fr,

    on n’a pas moins de 17 nationalités différentes sur les 24 présents au premier tour!

    Si on prend les 9 premiers joueurs connus dans l’ordre ça donne : espagne, kazakhstan, belgique, argentine, lettonie, allemagne, brésil, russie, france!!

    Et après: serbie, suisse, finlande, thaïlande, israël, autriche, hollande!!

    Seuls importantes représentations : 4 espagnols (mais y’en a tellement..) et 5 allemands (plus foufou déjà).

    Alors, les encyclopédies du site, c’est quoi le record de nationalités différentes à un tournoi de tennis? et à un 250? et pourquoi les allemands aiment la thaïlande?

    Voila des bonnes questions!!

    Pour les indécrottables, vos pronos de l’éventuel quart Nadal/delPo?

    La cote actuelle de l’agentin sur betclic?

    Lâchez vous on n’a qu’une seule vie!

    Concombre

    • Ulysse 27 septembre 2010 at 20 h 44 min

      Concombre, je réponds à tes questions :

      c’est quoi le record de nationalités différentes à un tournoi de tennis ? => Wimbledon 2010 : 39 nationalités, je ne trouve rien de mieux jusqu’à début 2009, et je pense que le circuit est de plus en plus diversifié.

      et pourquoi les allemands aiment la thaïlande? => Parce qu’ils ont collectivement fait un score faible à l’US Open les Teutons : 11 au premier tour, seulement 4 au deuxième, et personne au troisième. Il est loin le temps de BB. Ils ont des points à rattraper.

      vos pronos de l’éventuel quart Nadal/delPo? => Nadal oeuf corse ! Ce n’est que la rentrée pour JMDP et il lui faut un moment pour retrouver le rythme.

      • Le concombre masqué 28 septembre 2010 at 14 h 50 min

        Merci Encoh!

  12. benja 27 septembre 2010 at 17 h 15 min

    Lu sur LEQUIPE.FR: La murène a plein de bonnes résolutions dans sa besace….

    Les résolutions de Murray

    Andy Murray, marqué par sa désillusion de l’US Open avec cette élimination au troisième tour, a manifestement décidé de prendre les choses en main. L’Ecossais, qui s’est confié à la BBC, veut reprendre sa marche en avant.

    «J’ai quatre ou cinq mois devant moi avant le prochain tournoi du Grand Chelem. J’ai besoin de devenir plus fort physiquement, d’améliorer mon jeu et alors seulement je pourrais dire que j’ai une chance de battre Rafael Nadal.» Pour Murray, la fin de saison semble donc déjà anecdotique. Un bon moyen en revanche de mettre des choses en place et de prendre de la confiance. Depuis l’US Open, le n°4 mondial donne l’impression d’avoir de nouveau bien fixé ses priorités. La manière dont il s’était effondré face à Wawrinka a sans doute eu l’effet onde de choc espéré. «Je suis rentré chez moi dès le lendemain. Après 10 semaines aux Etats-Unis j’avais besoin de déconnecter un peu. Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé sur ce match. J’étais en bonne condition en arrivant sur le tournoi et vraiment ça faisait longtemps que je n’avais pas connu ce qui m’est arrivé (ndlr : face à Wawrinka). C’était évidemment très décevant de finir comme ça.»

    Joueur ambitieux cherche coach impliqué

    La question du coach s’est donc logiquement encore posée. Miles Maclagan a été remercié après Wimbledon et Alex Corretja a pris plus ou moins le relais. Mais Murray sait que cela ne suffit pas pour ses ambitions. Alors il cherche. «Rien n’a changé depuis l’US Open, je cherche toujours la bonne personne pour m’aider. Je vais devoir être patient pour être certain de ne pas me tromper. Je n’ai encore parlé à personne mais je prends les avis des personnes qui m’entourent.»

    Interrogé sur le triomphe de Rafael Nadal, Murray reste sur ce qu’il a toujours dit : Nadal est un immense champion. «C’est un des meilleurs joueurs de tous les temps, je le dis depuis longtemps maintenant. Pour moi il ne l’a pas prouvé à l’US Open, il n’a fait qu’ajouter une ligne à son palmarès. Et je suis certain qu’il a encore de grandes choses à accomplir. Il a remporté tout ce qu’il y a à gagner dans ce sport entre les tournois du Grand Chelem, la Coupe Davis et les Jeux Olympiques. Il ne lui reste quasiment rien à aller chercher mais je suis certain qu’il va encore remporter des tournois du Grand Chelem. Il mérite vraiment de finir comme un des meilleurs de l’histoire.» Il reste donc bon signe que, malgré cette admiration, Andy Murray garde ses ambitions intactes

  13. Sylvie 27 septembre 2010 at 18 h 57 min

    Superbe compte-rendu Guillaume. J’adore. Plein de petits moments vécus, mêlant les aperçus de matchs avec des anecdotes off court. Du bon boulot Quelle chance on a de t’avoir pour nous faire vivre la réalité des tournois et surtout des plus petits.

    J’ai une question. Les commentateurs de Paris première, Dominguez et je ne sais plus qui, n’ont pas arrêté de parler du petit frère de Mischa Zverev, Sacha, 13 ans qui lui servait de sparring partner et a fait forte impression. L’as-tu vu jouer? en as tu eu des échos ?

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 20 h 22 min

      Yep, je l’ai vu jouer. C’est lui le gamin dont je parle dans l’avant-dernier paragraphe, celui qui tapait la balle avec Malisse à l’entraînement pendant que Zverev l’aîné attendait son tour.

      13 ans, c’est tôt pour déterminer les possibilités d’un joueur. Maintenant Sacha Z. a clairement des bases très, très, très solides pour un jeune de son âge. Coup droit assez varié, frappé plus ou moins à plat avec déjà une capacité d’accélération certaine. Revers à deux mains plus « light », qu’il décentre souvent sur la gauche, à hauteur du sigle Mercedes intégré au filet dans le couloir de double. Mais même malgré ça il est sur ce coup aussi très au-dessus de ce qu’on peut voir dans sa catégorie d’âge. D’ailleurs, il fait déjà du très bon travail de sparring pour un joueur pro : je me souviens d’un échange avec Malisse qui a bien duré la minute complète. Et il a remis ça avec son frère à peine la cession de Xav terminée. Disons que je lui donne deux ans d’avance sur son âge.

  14. DIANA 27 septembre 2010 at 19 h 52 min

    Je ne peux que m’associer à ceux qui ont déjà fait l’éloge de cet article : quel plaisir de se connecter internet à l’heure du déjeuner, après une dure matinée de travail, pour se plonger dans tant de fraîcheur :) Ce vécu nous permet d’appréhender une réalité tennis bien éloignée du bling bling des médias,et cette authenticité donne une très grande dimension humaine à un sport bien trop axé sur le vedettariat, le clinquant, les résultats, en oubliant bien souvent la dimension purement humaine. Bravo Guillaume.

  15. Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 27 septembre 2010 at 20 h 31 min

    Je lirai ce papier plus tard. Juste venu vous dire que j’ai découvert que http://www.15-lovetennis.com vaut 2’600 US$. Les tauliers, vous ne nous lâcherez pas pour du pognon, hein?!

    • DIANA 27 septembre 2010 at 20 h 36 min

      Ils ne nous lâcheraient pas pour si peu, vu que le site vaut bien plus que ça. Quand il n’existe qu’un site sur la toile française de cette qualité, on peut sacrément faire monter les enchères, non ?

    • MarieJo 27 septembre 2010 at 21 h 41 min

      et tu crois pas qu’on va se vendre au plus offrant pour si peu ! et puis 15-love n’a pas vocation à faire vivre les publicitaires, t’imagine la gueule de canal comme sponsor avec tout ce qu’on débecte sur leur prog et leurs commentateurs ??? :roll:

      et puis ils nous demandraient d’atteindre des objectifs, et des conneries du genre pour la fréquentation du site, bref on devrait accepter les trolls, les morveux au langage sms pour faire du chiffre !
      donc pas question !!!
      15-love free and wild ! enfin pas trop wild quand même^^

    • Baptiste 27 septembre 2010 at 21 h 42 min

      C’est pas assez 2,600 en plus avec le taux de change actuel lol.

      Il faudrait mettre le site aux encheres sur ebay pour voir

    • Antoine 27 septembre 2010 at 21 h 49 min

      Amusant ! ou as tu trouvé cela ? Si l’on en juge par le nombre des visiteurs, des posteurs etc.., il est clair que le site vaut nettement plus que cela, de très loin me semble t il..en précisant que j’ai bossé, au moment de la bulle internet, dans un boite qui a l’époque a été valorisé en bourse à un niveau supérieur à Michelin sans jamais avoir réussi à dégager 1 € de bénéfice..Et oui, c’était la belle époque !

      • Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 27 septembre 2010 at 22 h 01 min

        Ici : http://7zoom.com/www.15-lovetennis.com

        C’est le 13ème lien google pour 15-lovetennis. Et j’ai réactualisé la valeur du site aujourd’hui qui valait 2199 dollars au mois de juin.

        • Antoine 28 septembre 2010 at 9 h 22 min

          Sais tu sur quoi repose cette estimation Elmar ? Il semble qu’ils évaluent le revenu par jour à 1$ et en déduisent sa valeur. Cela n’a pas l’air de reposer sur qq chose d’autre….

        • Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 28 septembre 2010 at 16 h 53 min

          Aucune idée Antoine. D’ailleurs, je suis loin d’être un spécialiste de la question. Je suis juste tomber dessus et j’en ai donc fait part.

          Sur un autre site du genre, toujours selon un lien après avoir tapé 15-lovetennis.com sur google, le site vaut dans les 3500 euros.

          Bref, évidemment, je ne sais pas si tout cela est bien représentatif.

    • Sylvie 27 septembre 2010 at 23 h 08 min

      Par pitié restez comme vous êtes !

      « ils nous demandraient d’atteindre des objectifs, et des conneries du genre pour la fréquentation du site, bref on devrait accepter les trolls, les morveux au langage sms pour faire du chiffre ! »

      On comprend mieux l’absence totale de modération de certains sites. Triste tout de même de se dire que c’est la médiocrité et encore je suis polie qui fait vendre. Quand on voit le niveau de caniveau atteint, si les profits sont inversement proportionnels, ils doivent s’en mettre plein les poches.

      • alfred 27 septembre 2010 at 23 h 37 min

        :mrgreen:

      • Robin des bois 28 septembre 2010 at 13 h 58 min

        moi, j’aime assez le caniveau :mrgreen:

        • DIANA 28 septembre 2010 at 14 h 31 min

          Passage modo.

          Les rancunes héritées d’autres sites sont priées de demeurer sur les autres sites en question. Pareil qu’à l’école où on a tous expérimenté un jour le fameux : « On a tous nos problèmes, mais quand vous entrez dans la salle veuillez à les laisser à l’extérieur ».

          Merci.

          Guillaume

  16. fieldog 27 septembre 2010 at 21 h 49 min

    Merci Guillaume pour le boulot accompli sur ce tournoi. C’est à faire pâlir les journalistes des grands quotidiens français car rien de mieux qu’un vrai passionné de sport pour parler de ce qu’il lui plait… On sent que ça dépasse le cadre professionnel et c’est un réel plaisir de te lire.

    J’ai beaucoup aimé l’anecdote à propos de Dick Norman :) . J’attends la suite avec impatience, si suite il y a??

    • Guillaume 27 septembre 2010 at 22 h 02 min

      Thanks, Barney. Suite (et fin) il y aura ;)

      • fieldog 27 septembre 2010 at 22 h 21 min

        Yep!

  17. alfred 27 septembre 2010 at 23 h 42 min

    Merci Guillaume pour cet article plein de vies.

  18. Clemency 28 septembre 2010 at 12 h 06 min

    Wesh, cool l’article de proximité, bravo Guillaume.
    Sur Monfils ça me fait penser à Rafter à qui il arrivait de renoncer à sa prime d’engagement s’il estimait avoir joué comme une quiche. La grosse classe…

    • Guillaume 28 septembre 2010 at 14 h 08 min

      A défaut d’article, j’ai déjà un titre : « Pat Rafter, ce seigneur ».

      Faudrait que je recherche, j’avais lu dans un vieux Tennis mag, début 98 je crois, une itw de Rafter tout à fait intéressante, où il expliquait effectivement avoir renoncé à sa prime d’engagement sur un tournoi, honteux de son niveau de jeu et d’une défaite au premier tour… C’était peut-être bien à Lyon. Il évoquait aussi les difficultés qu’il avait eu à se remotiver après son (premier) titre à NY, ainsi que l’impossibilité chez lui de tout sacrifier au tennis, confiant qu’il tenait trop à ses journées surf ou ses virées nocturnes avec les amis. Je vais essayer de me retrouver ça, tiens. Ca manque aujourd’hui, des personnages pareils.

      • Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 28 septembre 2010 at 16 h 54 min

        Un vrai seigneur en effet.

        Et il nous a quittés trop tôt (mort tennistique s’entend!) parce qu’il aimait trop la vie et le surf.

      • Le concombre masqué 29 septembre 2010 at 10 h 11 min

        Ah ouais? ca m’intéresse beaucoup également!

        ce serait cool, que tu nous retrouve ça!

        Félicitations pour l’articl!

      • Patricia 29 septembre 2010 at 11 h 46 min

        Or donc, en tant que Saint Bernard autoproclamé de la cause, je me permets de glisser un exemple plus proche de nous, en temps et en lieu : 2006, au surlendemain de sa victoire contre Haas en Coupe Davis (victoire après une remontée de 2 sets qu’il place en sommet de liste de ses matches préférés), Richard Gasquet joue un match pourri et perd au premier tour de Marseille. Il se répand en excuses et rend la garantie…

        • Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 29 septembre 2010 at 11 h 49 min

          Patricia et Richard, une longue histoire d’amour ;)

    • Franck-V 28 septembre 2010 at 14 h 20 min

      Monfils est un nain avec ses 50 000 $ de garantie, tsss.

      Si vous vous demandez ce que va faire Nadal à Bangkok dans un vulgaire 250, voilà la réponse:

      « Project manager Stuart Macdonnell said the organising cost was about 150 million baht, 30 percent of which is Nadal’s appearance fee. »

      Pour info 100 baht = 2,48 € ou 150 baht= 4,9 $

      Et 30%, je vous laisse le soin de calculer :-)

      http://www.bangkokpost.com/news/sports/187463/nadal-to-play-in-thailand-open-organisers

      • DIANA 28 septembre 2010 at 14 h 37 min

        1.250.000 € approx :evil: si j’ai bien compté. S’emmmerde pas, le Majorquin :mrgreen:

        • Franck-V 28 septembre 2010 at 15 h 05 min

          Pas loin, il te manque juste plus de 220 000 $, une broutille pour Nadal.. mais pas pour Monfils dont cette différence est déjà largement plus de 4 fois sa garantie pour Metz :-)

          edit, pardon, j’ai compté en $ moi :mrgreen: ça fait 1 471 550 $

          • DIANA 29 septembre 2010 at 16 h 34 min

            Une question Franckie : les garanties sont-elles soumises à prélèvement à la source ? comme les gains des tournois ?

      • Sylvie 28 septembre 2010 at 14 h 44 min

        Mauvaises langues. Nadal ne regarde que l’amour du jeu, lui. Pas comme d’autres qui ne jouent que pour les millions ;)

        • DIANA 28 septembre 2010 at 14 h 45 min

          Tu t’es trompé de smiley c’était celui-là qu’il fallait :mrgreen:

      • Robin des bois 29 septembre 2010 at 11 h 11 min

        8) NADAL 8)

        Parce qu’il le vaut bien :mrgreen:

    • Franck-V 28 septembre 2010 at 14 h 50 min

      En même temps, c’est une rente sur investissement.. et c’est le moment ou jamais pour faire fructifier :mrgreen:

      La dotation totale de Bangkok est de 608 500 $ … mais le simple déplacement rapportera à Nadal ..plus qu’une victoire à RG (1,060,000 € en 2009) :-)

      Et derrière, Tokyo la semaine prochaine, comme ATP 500 a sûrement des arguments convaincants également .

    • Guillaume 28 septembre 2010 at 15 h 04 min

      Dans l’histoire, y’en a un autre qui fait très fort, c’est Juan Monaco. Il n’est pas engagé dans le tournoi, mais a fait le déplacement pour servir de sparring à Nadal… pourcentage sur la garantie de l’Espagnol à la clé. Autrement dit, il va très probablement plus remplir son compte en banque que s’il avait lui-même joué l’épreuve !

      • Coach Kevinovitch 28 septembre 2010 at 16 h 33 min

        Monaco est le GOAT! Il aura le record de gains de l’histoire de l’ATP…..mais sans jouer les tournois, juste en s’entrainant avec les grands joueurs pendant leurs 250.

  19. Antoine 28 septembre 2010 at 15 h 00 min

    ..cela parait délirant ! Les organisateurs auraient filé 1,5 M$ à Rafa pour qu’il se pointe..Jusqu’ici je n’avais pas entendu parler de garantie excédant 0,5 M$..Il a un bye au premier tour et joue contre un qualifié au second; j’aimerais bien voir la tête des organisateurs s’il perdait ce match !

    • Elmar C, l'homme le plus calme d'Europe 28 septembre 2010 at 16 h 57 min

      Je crois qu’à l’époque, quand Fed se baladait à Bangkok, il touchait le million.

  20. May 28 septembre 2010 at 15 h 04 min

    Delpo est à la bagarre contre Rochus. Est-ce quelqu’un voit ça pour nous raconter un peu comment il se comporte sur le court?

    • Franck-V 28 septembre 2010 at 15 h 05 min

      Et bien, il a du sauver une balle de set dans le 1er à 5-6.. 3 aces derrière.. puis TB.

      Il a perdu le TB.. et se fait déjà bander le poignet en grimaçant 8O

      • Sylvie 28 septembre 2010 at 15 h 11 min

        Aïe ! ça commence mal

      • May 28 septembre 2010 at 15 h 13 min

        Sérieux?

      • Franck-V 28 septembre 2010 at 15 h 16 min

        Oui sérieux, mais break d’entrée là 2-0 DP

      • May 28 septembre 2010 at 15 h 19 min

        Ce doit être du préventif, enfin je l’espère pour lui.

    • Sylvie 28 septembre 2010 at 15 h 10 min

      Tu as des images, Franck ? Quel niveau ?

      • Franck-V 28 septembre 2010 at 15 h 14 min

        http://www.fromsport.com/v-0/6/86/v-68693.html

        Ben je n’ai pas tout suivi, mais c’est le match d’un mec qui fait sa rentrée après 8 mois d’interruption.

        Donc des fautes directes, normal, moins bon déplacement normal, mais c’est bien DP, la puissance est là :-)
        Après faut pas non plus oublier qu’on a parlé de dépression, donc la confiance.. :roll:
        Le plus inquiétant, c’est ce bandage à la fin du 1er set.. et aussi O.Rochus qui joue bien.

      • Colin 28 septembre 2010 at 17 h 09 min

        « Le plus inquiétant, c’est (…) O.Rochus qui joue bien »
        Tu l’as dit, c’est effrayant, Nadal doit commencer à s’inquiéter en vue des quarts.

        • Franck-V 28 septembre 2010 at 17 h 22 min

          Nadal n’est pas Gasquet :mrgreen: et Olivier le sait .

    • May 28 septembre 2010 at 15 h 12 min

      Merci mais je viens de voir le score board – 1er Set Rochus- Les stats sont bonnes pour les 2 et JMPD est à 11 aces contre 0 pour CR.

      • Franck-V 28 septembre 2010 at 15 h 15 min

        C’est DP vs OR ;-)

        • May 28 septembre 2010 at 15 h 18 min

          Oui je sais :oops:

  21. Antoine 28 septembre 2010 at 16 h 05 min

    Pas de miracle pour Del Potro…7-6 6-4 pour Rocchus..Pas vu le match mais les stats sont assez éloquentes: dès que Del Po ne passait pas sa première balle, il était au plus mal..

    • May 28 septembre 2010 at 16 h 13 min

      Donc il faut qu’il retrouve du rythme pour tenir l’échange. Celà ne peut venir qu’en faisant des matches, dommage qu’il n’est pas pu passer au moins ce tour. Je crois qu’il rejoue la semaine prochaine en espérant qu’il ait un 1er tour plus favorable.

    • Baptiste 28 septembre 2010 at 16 h 33 min

      rochus au premier tour c’est pas défavorable comme tirage

      • Colin 28 septembre 2010 at 17 h 07 min

        pour Gasquet uniquement

    • Sylvie 28 septembre 2010 at 16 h 57 min

      En même temps, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. A ce niveau une si longue interruption est très très pénalisante. J’ai juste hâte de le voir retrouver son niveau mais ça risque d’être plutôt en 2011.

  22. Sam 28 septembre 2010 at 16 h 11 min

    Caaaaaa y est !!! Attation:
    ##################################################################Flach Reeeeeennnnnnnnnnnnnnnnnnes ####################################### » »
    - Arnaud CLEMENT, « nul doute qu’il aura à cœur de briller pour cette édition, avec en point de mire la finale de la Coupe Davis »
    - Daniel BRANDS,
    - Léonardo MAYER 82ème,
    - Stéphane ROBERT 95ème.
    - Adrian MANNARINO, 142ème
    - Josselin OUANNA, 152ème
    - Marc GICQUEL, 194ème
    - Benoît PAIRE, 145ème ATP)
    - Nicolas MAHUT, 157ème (blabla Isner, etc)
    - David GUEZ, 131ème

    • Sam 28 septembre 2010 at 16 h 13 min

      Bon, déja, là vous vous dites « Ok, Robert, Paire, Guez », ça envoie ce tableau. Sauf que, je vous dit pas encore LA surprise, LE Gateau sous l cerise.

      Un indiçe: gateau bulgare.

      • May 28 septembre 2010 at 16 h 14 min

        On ne l’arrête plus ;)

        • Sam 28 septembre 2010 at 16 h 15 min

          KIssakisskissa ki vient à Rennes, hein ?

      • Franck-V 28 septembre 2010 at 16 h 18 min

        Hummm Rennes même combat que Tonnerre de Brest 99, je vais continuer à suivre le tennis, finalement. :-)

        • Sam 28 septembre 2010 at 16 h 22 min

          Ha. Je sens que tu brules.

      • Colin 28 septembre 2010 at 17 h 06 min

        Grigor?

        • May 28 septembre 2010 at 17 h 17 min

          Chutttt! Faut pas l’dire à Karim!

          • karim 28 septembre 2010 at 19 h 47 min

            Trop tard!! niac niac niac niac.

          • Christian 28 septembre 2010 at 21 h 30 min

            Alors ? Parti sur Dagoba recharger les accus ?

  23. Guillaume 28 septembre 2010 at 23 h 44 min

    @ Sam : ta mission, si tu l’acceptes, sera donc d’aller superviser le yaourt bulgare nourri ces dernières semaines aux pâtisseries thaï.

    Tant que t’y es, n’hésites pas à jeter un oeil sur ce Benoît Paire que tous les observateurs décrivent comme aussi talentueux que fantasque.

    En route Simone… euh, Colette : on a un « Les voir en vrai, le retour », qui attend !!!

  24. Sam 29 septembre 2010 at 0 h 50 min

    Bon, je vois que vous êtes perspicaces, vous avez deviné qu’il s’agissait du Sieur Dimitrov. Et je vous promets de vous raconter tout ce que je pourrais voir du Dimitrov, en vrai.

  25. Clemency 29 septembre 2010 at 8 h 16 min

    Je suppose que du coup le tournoi est couvert par Eurosport ?

  26. Clemency 29 septembre 2010 at 8 h 24 min

    Federer en septembre 2015 : « Je pensais que mon record tiendrais plus longtemps, mais là partit sur ces bases, je pense qu’il en remportera entre 20 et 25. La première fois que je l’ai vu jouer c’était à Rennes en 2010, et on voyait déjà qu’il avait tout d’un futur grand, il avait vachement accroché Clément ».

    • Franck-V 29 septembre 2010 at 8 h 43 min

      Ouf, tu m’avais fait peur en début de phrase; c’est seulement Rennes 2010 qui m’a rassuré :-)

      Mais c’est presque réaliste, Fed serait bien du style à suivre les talents émergents comme il s’est imprégné de l’histoire du jeu.

  27. Kenny 29 septembre 2010 at 13 h 04 min

    bonjour à tous, ça fait un sacré bail…

    Guillaume, toi qui vient d’y passer 3 jours, n’as tu donc pas remarqué l’empreinte laissée par la chèvre à Metz (à défaut de figurer au palmarès de l’ATP250)?
    comme une espèce de mémorium goatique que seul un 15Lovers saurait reconnaitre ? non?

    • MarieJo 29 septembre 2010 at 15 h 07 min

      sympa de te revoir ici kenny :)

      la chèvre à metz ? rien vu de tel… sauf si nous ne parlons pas de super biquette, dans ce cas là il faut que tu nous explique :), fed n’a jamais mis les pieds là bas !

  28. Kenny 29 septembre 2010 at 15 h 22 min

    merci! c’est bien invonlontaire mais je realise sur 15L la même saison que mon poulain delpopo sur l’atp… absence de fevrier à octobre… étrange

    pour cette histoire de chèvre, si le Fed avait mis les pieds à Metz je le saurais t’inquiète… à part Gasquet et Pierce, jamais croisé personne ici !

    Mais là je fais allusion à un bâtiment messin qui, s’il était remarqué par un 15Lovers, capterait à coup sûr son attention. Si vos mails sont toujours les mêmes qu’en janvier, je vous envois ça en tof

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis