Bercy affiche complet : Soderling, Monfils… et Clément

By  | 14 novembre 2010 | Filed under: Rencontres

Et l’on termine ce tournoi de Bercy sur une pirouette. En début de semaine, juste après sa victoire au premier tour sur Feliciano Lopez (6/7 7/6 6/3), Arnaud Clément se livrait à un assez long entretien, abordant divers sujets dépassant le strict cadre du tournoi parisien : la finale de Coupe Davis bien sûr, mais aussi le plaisir du jeu et, corollaire immédiat, la question de la retraite. Détendu, d’humeur blagueuse, l’Aixois se confie. En attendant la grande finale de cet après-midi…

- Arnaud, quoi qu’il arrive, vous avez fait un bon tournoi parisien, avec notamment cette victoire au premier tour sur Lopez, votre plus gros résultat depuis l’US Open… Un mot sur ce match ?

- Très content. Ouais, très content. J’avais de bonnes sensations un peu partout… même si ça ne m’a pas servi tant que ça ! Lopez a très bien servi et je n’ai quasiment eu aucune chance de le breaker. Mes quelques balles de break il sort des aces dessus à chaque fois. Par contre dans le troisième c’est un peu lui qui me donne son service… Dans ce type de match, il fallait surtout éviter les faux pas sur mes jeux de service, ce que j’ai su faire.

- Au point d’avoir servi 22 aces…

- 22 ? Whaouh ! Ca doit être un de mes records en carrière, matchs en cinq sets compris ! Le court est vraiment plus rapide que les années précédentes. Il convient bien à mon jeu : je trouve de bonnes zones, et quand on trouve de bonnes zones sur ce type de surfaces c’est point gagnant à la clé. Je suis arrivé à Bercy dès le jeudi, et j’avais été agréablement surpris par le revêtement.

- A bientôt 33 ans, vous paraissez avoir toujours le même pep’s qu’à vos débuts…

- Ça c’est parce que vous ne m’avez pas vu la semaine dernière à Valence ! (rires) C’est vrai que j’ai de l’énergie, je suis réactif, je me fais plaisir sur le court. Mais ça n’est pas comme ça toutes les semaines. J’ai peut-être un peu trop joué cette année ; c’était sans doute une erreur. Je sais maintenant qu’il faudra que je planifie autrement mes saisons pour les dix années à venir !

- C’est vrai que pour le coup vous avez été irrégulier, cette saison.

- Très irrégulier, même. J’ai fait des choses pas mal en Grand chelem, une bonne finale à Auckland en début d’année, aussi… C’est pour les grands rendez-vous que je continue à jouer : les Grands chelems ou les tournois comme Bercy, à la maison, devant tout ce monde. Bien sûr, quand je perds 2 et 2 j’aurai du mal à vous sourire ensuite, mais c’est pour se voir offrir de gros challenges sur des grands courts qu’on joue. Surtout à mon âge.

- Puisqu’on parle d’âge… La retraite, vous y songez ?

- Après les mauvaises défaites, oui (rires). Mais ça ne dure jamais très longtemps. Je ne me mets pas de limites, de barrières. J’aime toujours le tennis, moi ! Alors tant qu’il y aura l’envie et que j’aurai des occasions de jouer des matchs comme à Bercy cette semaine…

- On saura bientôt quelle équipe Guy Forget a sélectionné pour Belgrade. Vous y pensez, à cette finale de Coupe Davis ?

Pff… Dans ma situation et avec mon passé en Coupe Davis, notamment l’expérience des finales de 2001 et 2002, j’ai beaucoup de recul par rapport à la sélection. Là, j’ai la tête à Bercy. Mine de rien, c’est un tournoi important pour un Français. C’est vrai que tout le monde, pas seulement les journalistes, me parle de Belgrade. Mais moi, je pense d’abord… à ma grand-mère : elle a 83 ans et elle est montée de Marseille exprès pour me voir jouer à Bercy.  Ma priorité à moi, c’est de m’arracher pour elle. Après, on verra. De toute façon, si Guy doit m’appeler, ça sera parce que j’aurais bien joué. Donc tout est lié.

- Vous êtes surtout envisagé comme joueur de double. Vous préparez ça différemment du simple ?

- En fait, le double est comme un à-côté positif. Sur les tournois, je peux perdre en simple et rebondir en double. Ce qui est indispensable en double, c’est d’avoir du jus. Ça va vite, il faut sauter dans tous les sens… Dans mon cas, si je joue bien en simple, je joue forcément très bien en double. Mais si je joue mal en simple ça ne veut pas dire que je joue mal en double !

######

On connaît déjà les vainqueurs du tableau de double : Mahesh Bhupathi et Max Mirnyi viennent de battre en deux sets la paire Mark Knowles / Andy Ram (7/5 7/5). Bhupathi et Max « The Beast » ont donc eu raison de faire revivre un tandem qui les avait mené à un titre à l’US Open et à un nombre considérable de victoires en tournois. C’était vers les années 2002 – 2003. Depuis, Max avait connu d’autres succès avec Jonas Bjorkman, tandis que Bhupathi n’avait jamais pu retrouver d’équivalents à ses partenaires passés Paes et Mirnyi. L’un comme l’autre distancés de la course aux succès depuis deux saisons, ils ont donc décidé il y a quelques mois de remettre le couvert. Ce titre parisien est leur premier de l’année et les envoie au Masters.

######

Amoureux de Paname. Robin Soderling le voulait, celui-là. Parce  qu’au fil de titres à Lyon et autres finales à Marseille, il a toujours bien réussi dans l’Hexagone. Surtout, le Suédois drivé par Magnus Norman avait déjà perdu deux finales à Paris, les plus belles, celles des Internationaux de France. Federer, Nadal… On a vu moins coriace, même en finale majeure. Hier, suite à sa victoire sur – déjà – un Français, Michaël Llodra, il avait lâché : « J’espère que ma troisième finale à Paris aura un dénouement plus heureux ». Le cadre a changé, est moins prestigieux, mais Bercy reste un bel écrin… surtout quand, malgré deux finales en Grand chelem, on ne compte encore que cinq titres au palmarès, et aucun réellement important parmi eux. Face à Gaël Monfils, régional de l’étape fatigué par un parcours riche en baston, le Suédois était favori. Encore fallait-il le démontrer sur le terrain. Mais l’expérience est maintenant là et il n’a pas donné l’occasion à Bercy de s’enflammer : 6/1 premier set en 26 minutes. Monfils était passé sous un p… de camion lancé à pleine allure. Et s’il y eut bien un tie-break dans le second set, jamais Soderling ne sembla en danger (7/1 au jeu décisif, pas la moindre balle de break à négocier de tout le match). A 26 ans, il remporte le plus grand titre de sa carrière. De Superconnard sur la ligne de départ, Robin est devenu à l’arrivée un joueur qui compte, doublé d’un homme chaleureux dont le bonheur après la balle de match faisait plaisir à voir : « Maintenant, j’ai deux tournois favoris : Roland-Garros et Bercy ! » Au passage, il rejoint ses compatriotes Edberg et Enqvist au palmarès parisien. Et puisqu’un bonheur n’arrive jamais seul, il chipe à Andy Murray la 4e place mondiale.

Quant à Gaël Monfils, Bercy est juste morgane de lui. Bien sûr, il y a la déception d’une nouvelle défaite en finale du POPB. Mais en répétant sa performance de l’an dernier, le Français a acquis une consistance nouvelle. Lui que l’on savait aimer la bagarre contre des Fognini ou Melzer a prouvé être capable d’en faire de même contre l’élite mondiale. Verdasco, Murray, Federer, l’un des plus beaux enchaînements de la saison. Mieux, Cœur de kenyan, véritable bande de jeunes à lui tout seul, a fait étalage d’une nouvelle maturité dans l’exploitation de ses capacités. A l’heure de réfléchir avec son coach Roger Rasheed à ce que devrait être sa saison 2011, il aura tout intérêt à se rediffuser ce match de haute voltige contre Roger Federer. Et si la Porte d’Orléans a ce soir le blues, ce n’est assurément pas le dernier bal de Gaël.

######

Voici donc s’achever cette semaine parisienne vécue au cœur de l’évènement. Et puisqu’il existe une tradition bien ancrée sur 15love, on terminera par un court top/flop de la semaine.

Les tops :

  • La surface. En décidant d’installer une résine synthétique et de réaccélérer les conditions de jeu à Bercy, les organisateurs ont eu une riche inspiration. Plutôt sceptiques en début de semaine, joueurs et médias se sont au final montrés ravis de ce retour à une certaine tradition. Le bon accueil du public et le parcours d’un certain serveur-volleyeur tricolore ont été une digne récompense pour Jean-François Caujolle et son équipe.
  • Les matchs. A l’exception d’une finale assez vite expédiée, niveau de jeu et matchs accrochés ont dans l’ensemble été au rendez-vous. Robin Soderling fait un très beau vainqueur de l’épreuve.
  • Michaël Llodra. Il fallait bien que ça arrive, que le doux dingue parisien assemble un jour les pièces du puzzle et réalise un grand truc dans un grand tournoi. Ce fut à la maison, et « Micka » a rallumé la flamme du tennis d’attaque l’espace de victoires sur les N°3 et 11 mondiaux.

Les flops :

  • Le public parisien. Sifflets contre les adversaires des Français, broncas envers les arbitres demandant le silence, cris parfois pendant les échanges, le dernier week-end de compétition a montré le public français dans ce qu’il a de pire, sa dimension franchouillarde et inutilement cocardière. C’est tout au mérite de Robin Soderling d’avoir dans ces conditions passé en revue l’équipe de France de Coupe Davis sans jamais perdre ses nerfs.
  • La programmation des doubles. Bien sûr, ils n’ont pas l’habitude des sunlights. Mais dans un complexe de Bercy finalement pas idéal pour accueillir du tennis, le tournoi de double s’est quasi-exclusivement disputé en sous-sol, sur un Court N°1 indigne d’un Master 1000. Un gros point noir.

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

336 Responses to Bercy affiche complet : Soderling, Monfils… et Clément

  1. Serge 16 novembre 2010 at 21 h 04 min

    Ca fait quand meme 6ans que Nadal empile les titres et pourtant a chaque pepin physique on a l impression que c est quasiment la fin pour lui.
    On a tendance a sacrement exagere ces soit disant blessures.
    Moi je trouve Nadal tout simplement tres costaud physiquement. En tout cas je pense que la majorites des joueurs sur le circuit donnerait chere pour avoir un physique comme Nadal (et enchainer titres sur titres, annees apres annees…).

    • Duong 16 novembre 2010 at 21 h 25 min

      D’abord personne ici n’a parlé de « la fin », et les premiers qui « exagèreraient » sont ses proches et médecins, on a quantité d’interviews beaucoup plus alarmistes que ce que tous ici nous disons.

      Mais sur le fond :

      1. Nadal n’a que 24 ans, on a l’impression qu’il est là depuis une éternité mais il est encore très jeune, et des joueurs qui ont eu autant de pépins physiques à son âge, il n’y en a pas beaucoup, donc non je ne suis pas d’accord que les autres joueurs lui envient sa « protection aux pépins », ils peuvent envier ses qualités de puissance, d’explosivité et d’endurance mais c’est autre chose.
      Par exemple, les gens le comparent souvent à Borg, mais Borg avait été vachement protégé des blessures en comparaison !

      2. ce dont les gens ne se rendent pas bien compte, c’est qu’il y a un élément radicalement nouveau cette année : ces fameuses injections de plasma dans le genou, une technique moderne qu’il n’avait jamais utilisée jusque là. Aujourd’hui on sait qu’il en a fait une légère pendant Barcelone, et une plus forte après Wimbledon. En réalité, il doit beaucoup à la médecine moderne (et tout ça n’a rien à voir avec le dopage pour ceux qui auraient l’esprit mal tourné ;) ). A l’époque de Kent Carlsson, ça aurait été autre chose …

      Et s’il doit maintenant aussi faire attention à son épaule …

      • William 16 novembre 2010 at 21 h 31 min

        D’ailleurs, quelqu’un peut-il m’expliquer le principe de ces fameuses « injections » ?
        Je n’y connais pas grand chose, et il faut manifestement compter dessus dans le tennis aujourd’hui…

      • Coach Kevinovitch 16 novembre 2010 at 21 h 34 min

         » En réalité, il doit beaucoup à la médecine moderne (et tout ça n’a rien à voir avec le dopage pour ceux qui auraient l’esprit mal tourné ;) ). A l’époque de Kent Carlsson, ça aurait été autre chose … »

        Une autre raison pour laquelle on ne peut pas objectivement comparer les époques! :mrgreen:

      • Duong 16 novembre 2010 at 21 h 36 min

        j’ai pas regardé les détails, mais c’est du plasma provenant du sang propre des joueurs, qui est injecté dans les tissus et leur permet de se reformer.

        Ca n’est pas du « dopage sanguin » car il s’agit de guérir une blessure, et non d’augmenter une performance.

        Ca avait déjà été appliqué par d’autres sportifs, et on a proposé à Nadal de le faire. Il l’a fait et a selon ses dires souffert atrocement (ce qui lui va bien à mes yeux, je le vois toujours comme un maso). Il me semble qu’on l’avait proposé aussi à Mannarinon,; je ne sais pas s’il la fait au bout du compte pour guérir son genou mais le voilà revenu !

        • William 16 novembre 2010 at 21 h 37 min

          Thanks !

        • Ulysse 17 novembre 2010 at 2 h 02 min

          [...l'injection de plasma...]« Il l’a fait et a selon ses dires souffert atrocement (ce qui lui va bien à mes yeux, je le vois toujours comme un maso). »

          PTDR. T’es pas un tendre Duong. Que va penser la douce MarieJo ?

        • Duong 17 novembre 2010 at 12 h 18 min

          c’est pas moi qui ne suis pas un tendre, c’est lui !
          A mes yeux, il reste encore et toujours le personnage « Pépé » d’Astérix en Hispanie, à la fois joueur, rêveur … et complètement maso et volontaire.
          C’est pour ça que j’ai du mal à comprendre qu’on puisse être « tendre » et aimer Nadal ;)

      • Yaya 16 novembre 2010 at 23 h 45 min

        il y a eu quand même un débat entre les experts de l’agence mondiale antidopage sur le fait de savoir si c’est une technique favorable au dopage ou pas.

        Parce que les produits injectés ne restent pas circonscrits à la zone qu’on veut soigner.

        Pour moi on est à la limite du dopage.

  2. Coach Kevinovitch 16 novembre 2010 at 21 h 32 min

    Je vous admire, je ne sais pas comment vous arrivez à faire des pronostics sur la Masters Cup. Il m’est impossible de faire le quelconque pronostic dessus pour deux raisons principales:

    1) Il me semble qu’il n’y a plus de caïd de l’indoor dont on peut être certain qu’il va s’imposer dans un tournoi si dense en deux sets gagnants (même la finale)

    2) On ne connaît pas vraiment l’état mental, l’état physique et l’implication que les joueurs voudront mettre dans la Masters Cup

    Conclusion: Si on est sûr d’une chose, c’est que tous les scénarios que l’on aura envisagés ne se produiront pas.

    Néanmoins, d’un retournage de veste spectaculaire, je vais donner mon pronostic:

    Groupe A:

    Nadal-Roddick 2-1
    Djokovic-Berdych 2-0
    Nadal-Djokovic 2-1
    Roddick-Berdych 2-1
    Djokovic-Roddick 2-0
    Nadal-Berdych 2-0

    1)Nadal
    2)Djokovic
    3)Roddick
    4) Berdych

    Groupe B:

    Soderling-Murray 1-2
    Federer-Ferrer 2-0
    Murray-Federer 1-2
    Ferrer-Soderling 1-2
    Murray-Ferrer 2-0
    Federer-Soderling 2-0

    1)Federer
    2)Murray
    3)Soderling
    4)Ferrer

    Demi-finales:

    Nadal-Murray 0-2
    Federer-Djokovic 2-1

    Finale:

    Murray-Federer 2-0

  3. Duong 16 novembre 2010 at 21 h 38 min

    Pour augmenter la longueur de la trève d’hiver comme demandé par un certain nombre de joueurs dont Federer et Nadal, l’ATP proposerait selon l’Equipe, de … faire jouer le Masters la semaine après Bercy !!

    C’est sûr, c’est efficace.

    Je propose mieux : tous les MAsters Series et Grands chelems regroupés sur 4 mois, tous à la suite, comme ça on aurait 8 mois de pause ;)

    • William 16 novembre 2010 at 21 h 42 min

      Exactement ce que je me suis dit.
      Sinon, Coria envisage de reprendre et Haas (il devient quoi, lui ?) est devenu papa. Je ne sais pas si ça a été dit…

      • Duong 16 novembre 2010 at 21 h 44 min

        Haas (opéré de la hanche pendant l’été) est censé reprendre bientôt, il est annoncé en février au tournoi de San Jose.

    • Ulysse 17 novembre 2010 at 2 h 06 min

      C’est le meilleur moyen pour garantir que seules des quiches absolues parviendront en finale à Bercy… Voire joueront Bercy… Voire y aura plus que Gael, Gilou et Richie… Bref Bercy va devenir un ATP 250.

  4. Elmar 16 novembre 2010 at 21 h 49 min

    Ah non, n’abordez pas la question du calendrier avant d’avoir vu mon texte sur le sujet! J’ai conçu un tout nouveau calendrier qui vous sera livré – si j’ai bien vu ce qu’a préparé Guillaume – dans un mois.

    C’est un long boulot que j’ai effectué, alors gardez des cartouches pour en discuter le moment opportun!

  5. Elmar 16 novembre 2010 at 21 h 57 min

    Pour le Masters, j’enterrerais vraiment pas Roddick qui a un très bon H2H contre Nadal. Il l’a battu lors de leur dernière confrontation, l’indoor colle bien avec son tennis et Nadal devrait se manger un nombre d’aces importants. En plus, Roddick a la chance de jouer Nadal d’entrée, ce qui est sans doute ce qui pouvait lui arriver de mieux.

    Bon, mes pronos:

    Murray-Sod : 2-1
    Fed-Ferrer : 2-0
    Fed-Murray : 1-2
    Sod-Ferrer : 2-0
    Fed-Sod : 2-1
    Murray-Ferrer 0-2 (Murray déjà qualifié laisse couler)

    Rod-Nadal : 2-1
    Djoko-Berdych : 2-0
    Rod-Djoko : 2-1
    Nadal-Berdych : 2-0
    Djoko-Nadal : 2-1
    Rod-Berdych : 2-1

    Rod-Fed : 0-2
    Djoko-Murray : 1-2

    Fed-Murray : 2-1

    J’aime bien mon scénar…

  6. Elmar 16 novembre 2010 at 21 h 59 min
    • Ulysse 17 novembre 2010 at 2 h 09 min

      Elle est connue. Depuis, l’attaquant concerné fait des assouplissements quotidiens. il a juré de réussir à se mordre les fesses.

  7. benja 17 novembre 2010 at 9 h 19 min

    Pour moi: Nole et Berdych sont cuits même si la poule est ouverte: Nadal sort de blessure et est hors forme et Roddick revient avec une irrégularité étonnante.

    Voici mon prono:

    Poule A:
    Nadal/Roddick: 2-1
    Djokovic/Berdych : 2-0
    Nadal/Berdych : 2-0
    Djokovic/Roddick: 1-2
    Nadal/Djokovic: 1-2
    Roddick/Berdych : 2-0

    1: Nadal – 2:Roddick ou vice versa

    Poule B :
    Federer/Ferrer : 2-0
    Murray/Soderling : 2-1
    Federer/Soderling : 1-2
    Murray/Ferrer : 2-0
    Federer/Murray: 0-2
    Soderling/Ferrer : 2-0

    1: Murray – 2: Sod

    Voila: Ferrer n’a rien à faire ça va donc se jouer à 33% de chance pour chacun des autres

    Demis :
    Soderling/Nadal : 2-0
    Roddick/Murray : 1-2

    Finale :
    Soderling-Murray: 2-0

    Pas mal ça.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis