Le temps des adieux

By  | 4 septembre 2009 | Filed under: Regards

Marat Safin (photo DR)Marat Safin, Fabrice Santoro et Andrei Pavel disputaient à l’US Open leur dernier tournoi du Grand Chelem. Outre ces trois-là, qui ont tous perdu avec les honneurs au premier tour, nombre de joueurs ont fait (ou s’apprêtent à faire) leurs adieux au circuit professionnel cette année.

Héros pour certains fatigués, pour d’autres toujours fringants, si vous avez occasion de les voir jouer dans les semaines qui viennent, profitez-en. Ensuite, il sera trop tard.

 - Marat Safin, 29 ans : Il avait déjà failli arrêter il y a deux ans, quand il avouait son ras-le-bol du tennis et disait qu’il voulait partir naviguer ou se ressourcer dans les montagnes de l’Himalaya. Il n’en avait rien fait. Mais cette fois, le Russe ne reviendra pas sur sa décision. Sa tournée d’adieu est un calvaire et, pire, quand on lit ses conférences de presse, on se demande bien pourquoi il continue encore : l’avion le gonfle, les chambres d’hôtels l’insupportent, les matchs eux-même l’ennuient… Dans ces conditions, pourquoi s’obstine t-il encore à continuer : le rêve d’un dernier gros coup dans son « chez lui » de fait, à Moscou, ou son « chez lui » de cœur, à Bercy ? Ou juste le plaisir de saluer ses fans une dernière fois ? Si l’on en croit Novak Djokovic, Marat aurait très envie de se mettre à l’escalade : les cimes éternelles attirent l’ancien N°1 mondial.

- Dominik Hrbaty, 31 ans : Lui, on le croyait déjà retraité. Et l’intéressé lui-même devait le penser. Jusqu’à ce qu’il se retrouve à faire une pige en Hopman Cup en début de saison, associé à Dominika Cibulkova. Une victoire dans la compétition plus tard (la troisième pour la Slovaquie), « Dominator » repartait pour un tour. Dominik Hrbaty (photo DR)Pour mémoire, Dominik Hrbaty, c’est d’abord un jeu à plat type « ça passe ou ça casse »  avec lequel il remporta six titres sur le circuit et joua les demi-finales de Roland-Garros. Dominik Hrbaty, c’est ensuite un certain âge d’or du tennis slovaque, associé à son alter ego Karol Kucera (sept quarts de finale en Grand chelem à eux deux). Dominik Hrbaty, c’est enfin un style vestimentaire inimitable : personne n’a oublié son polo ouvert au niveau des omoplates, façon nageoires.

- Agustin Calleri, 32 ans : Ce terrifiant frappeur venu d’Argentine n’a jamais réellement pu prendre son envol. Ses faits de gloire, il les signa entre 2002 et 2004 : il pointa un temps dans le Top 20 suite à sa finale au Master Series de Hambourg, se blessa aux adducteurs, ne revint jamais à son meilleur niveau. Grand ami de David Nalbandian, il fut en revanche un pilier de l’équipe argentine de Coupe Davis, indiscutable en double et joker occasionnel en simple. Lassé, il a annoncé sa retraite lors du dernier tournoi de Wimbledon.

- Hyung-Taik Lee, 33 ans : « Lee qui ? », me direz-vous. Le Sud-Coréen Hyung-Taik Lee fut pourtant longtemps le meilleur joueur asiatique du circuit. Huitième de finaliste à l’US Open, vainqueur d’un titre ATP (Sydney 2003), il monta jusqu’au 36e rang mondial. Grâce à lui, la Corée du Sud se hissa même dans le Groupe mondial de Coupe Davis. Lee présente d’ailleurs l’imposant ratio de 41 victoires pour seulement 9 défaites dans l’épreuve. Après son arrêt, en octobre, il compte se consacrer à l’académie de tennis qu’il vient d’ouvrir dans son pays.

- Thomas Johansson, 34 ans : En voilà un qui n’a pas forcément beaucoup de fans. Il est vrai que le Thomas a eu le « mauvais » goût de priver Marat Safin d’un titre supplémentaire à l’Open d’Australie. Mais voilà, Johansson a su être là au bon endroit, au bon moment. Ce joueur discret, grand ami d’Ivan Ljubicic et à l’épouse fort jolie, aura donc raflé à la surprise générale un titre du Grand Chelem. Surprise ? Certes, mais rien d’immérité là-dedans. Avoir une occasion, c’est bien. Savoir en profiter, c’est mieux. Demandez donc à Marcelo Rios ou Andrei Medvedev ce qu’ils en pensent. Et quand en plus on agrémente ce trophée d’un Master series, d’une Coupe Davis, d’une médaille aux Jeux Olympiques et d’une demi-finale à Wimbledon, que dire, à part que sans trop de blessures Johansson aurait laissé une trace plus importante dans le tennis du début des années 2000. 

- Andrei Pavel, 35 ans : Officiellement, Andrei est déjà à la retraite. Il l’avait annoncé lors de l’Open d’Australie, après son élimination au premier tour face à Andy Murray. Mais le Roumain a décidé de s’offrir un jubilé dans les tournois qui ont compté pour lui : Roland-Garros, qu’il remporta chez les juniors, Wimbledon, l’US Open, puis Bucarest, le tournoi de son pays. Une tournée d’adieu pour l’instant bien garnie, puisque le vétéran est passé à trois points de s’offrir le titre du double à Kitbühel, et qu’il a encore montré de très belles choses (notamment ce merveilleux revers à une main) à New York, face à Robby Ginepri.

- Fabrice Santoro, 36 ans : Sa présence continue dans le Top 50, à un âge pourtant canonique, est à la fois une énorme performance sportive et un pied de nez aux petits jeunes – et moins jeunes – loin derrière lui au classement (voir premier paragraphe). Santoro l’a annoncé, il veut faire ses adieux lors du tournoi de Paris-Bercy, où les organisateurs ne devraient pas pouvoir lui refuser de wild-card. Depuis deux ans déjà, « Fabulous Fab » a appris à se ménager en même temps qu’il aménage son calendrier. Résultat : une fraîcheur physique et mentale toujours digne d’un junior. Durant la saison indoor, il devrait s’aligner à Metz et à Lyon, peut-être Tokyo, avant donc le rendez-vous de Bercy. Ajoutons à cela un ou deux autres tournois satellites, et ce sera tout. Ensuite, le Magicien tirera sa révérence.

De grosses inquiétudes pointent également pour quelques blessés chroniques : Sébastien Grosjean, Carlos Moya… Sans oublier tous ceux qui doivent en ce moment se poser la question de la saison de trop : Xavier Malisse, Nicolas Massu, Arnaud Clément, Rainer Schuettler, Guillermo Canas, Juan Ignacio Chela, Vince Spadea… Même allégée de Juan Carlos Ferrero et Tommy Haas, qui ont trouvé en chemin une source de jouvence au moment où ils se posaient des questions quant à leur avenir, la cuvée des retraités 2009 s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle.

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

267 Responses to Le temps des adieux

  1. Duong 4 septembre 2009 at 11:48

    Article extrêmement bienvenu car c’est peut-être l’événement majeur de ce début de tournoi, et aussi effectivement ils sont très nombreux dans ce cas.

    J’ai ressenti une infinie tristesse, sans doute comme lui d’après ce qu’il dit, pendant les derniers échanges de Santoro.

    La vieillesse, l’abandon de la jeunesse, des plus beaux moments passés, quelque chose qu’on connait tous un jour ou l’autre et qui est une très grande tristesse de la vie.

    Safin c’est différent : il n’a qu’une envie, arrêter ! Impossible d’petre triste pour lui !

    Santoro c’est différent : clairement le tennis était un infini bonheur pour lui, et on avait l’impression que ça ne pouvait jamais s’arrêter.

    Lui voulait encore continuer s’il n’y avait pas tous les voyages et sa fille qui lui manque.

    Et il est encore dans les 40 premiers !! Incroyable !

    Moi qui calcule le classement ATP sur mon ordi, je vais être embêté avec un type qui figure encore si haut dans le classement et qui a arrêté (Safin est beaucoup plus loin à la Race : il sera tout juste dans les 100 premiers en fin d’année)

    Et franchement, c’est un type qui me manquera beaucoup, tellement atypique sur ce circuit, tellement « magique », oui … et c’est rare la vraie magie dans ce sport ! Qui à part lui, apportait cette touche qui va au-delà du « beau tennis » pour atteindre la magie ? A part Federer, je ne vois personne.

    Pour ce qui concerne Hrbaty, quelles sont les infos ?
    Je n’ai pas entendu qu’il ait annoncé sa retraite officiellement, mais on la sent venir car il avait dit qu’il « s’était donné des objectifs à atteindre cette année », sans quoi il arrêterait. Et on ne peut pas dire que ses résultats de cette année soient intéressants …

    En tout cas, c’est vrai que moi, je perçois en cette fin d’année cette nostalgie et cette tristesse, avec vraiment beaucoup de départs de joueurs qui ont compté sur le circuit.

    Grosjean j’espère vraiment qu’il pourra revenir …

    A l’inverse, cependant, on est aussi dans une année de retours, pas encore tous probants mais quand même : Joachim Johansson doit faire son retour à Stockholm, je crois, Dent est revenu, Gaudio est revenu sur le circuit challengers, Vinciguerra aussi, Karol Beck est en train de revenir, Florian Mayer qui avait arrêté presque un an, Chela aussi, Rochus se redresse, et Srichaphan parle de revenir vraiment en début d’année.

    Sans parler des belles années de Haas, Ferrero et Hewitt tous trois aux portes du top-20 et performants en grand chelem. Ljubicic un peu mieux que l’an dernier, notamment en MS1000.

    Avec Federer qui surmonte temporairement son déclin, c’est l’année des vieux !!

    A tel point d’ailleurs que les très jeunes générations type Dimitrov mettent vraiment du temps à progresser : elles progressent moins vite dans le classement que leurs devancières d’après mes stats (il y a aussi un effet partiel lié à cette année transitoire en matière de système de classement).

    C’est assez marrant car 1999 était aussi l’année où Agassi redevenait numéro 1, où Medvedev (que j’aimais beaucoup) revenait au top à Roland après des années difficiles, et où parait-il Sampras a très bien joué, mieux qu’en 98.

    Les années en « 9″ seraient-elles les années « vieux » ?

    Je doute fortement que ça se prolonge en 2010, à mon avis c’est une année comme ça.

    Et qui me touche particulièrement, moi qui ressens ce sentiment de vieillesse et de ce que c’est, dans le coeur.

    2009 année nostalgie !

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 12:08

      Ah Duong j’aime bcp ton commentaire. Moi aussi j’ai cette sensation de voir les derniers feux de plusieurs « vieux ».

      Santoro me manquera aussi. C’est un peu lui qui m’a fait aimer le tennis, quand je l’ai vu mystifier Marat à Roland-Garros (2001). Et effectivement, un peu de tristesse. D’abord parce que son jeu était unique, ensuite parce que, à l’image d’Agassi, leur arrêt est plus dû à l’âge de leurs artères ou à la lassitude des voyages que par un ras-le-bol du tennis. Santoro reste je crois un amoureux de ce sport. Et je ne serais pas étonné qu’il s’aligne de temps en temps, pour le fun, dans des Challengers près de chez lui, ou peut-être dans une équipe d’interclubs (Colin, surveilles ça, des fois que tu le retrouve à Grenoble !). Le plaisir du jeu restera très fort chez lui.

      Marat ? Je suis assez d’accord avec Karim. Il avait le potentiel, ne s’est pas trop donné les moyens. Il a fait son choix. Le cas Kuerten est effectivement bien plus triste.

      Un peu triste aussi d’avoir vu arrêter Johansson. J’appréciais ce type tout simple, limite Mr Tout-le-monde, qui s’est taillé une place au palmarès du GC.

      En tout cas, je ne sais pas si on a déjà vu partir autant d’anciens pensionnaires du Top 10/20 en une seule saison !

      D’autant qu’à la liste dressée dans mon article on peut ajouter Coria, « officiellement » retraité de cette année même s’il ne jouait déjà plus depuis un bail.

      De plus, bcp des retours de flamme que tu évoques m’incitent plutôt au pessimisme. Gaudio ? J’ai failli l’ajouter à la liste de ceux qui doivent se demander à quoi ça sert de continuer. Ses premiers tournois avaient été intéressants mais, depuis Roland-Garros, il a repris le rythme qui était sien avant son burnout…

      Mayer, Beck et Vinciguerra, c’est un peu différent. Ils sont plus jeunes, et l’espoir est encore permis (concernant Vinciguerra, j’aimerais bien !)

      Joachim Johansson va vraiment tenter un 14e comeback ? La dernière fois que j’avais entendu parler de lui, fin 2008, il voulait rejouer pour la saison sur gazon, et espèrait des WC à Halle ou Eastbourne. Mais mai est venu et pas de Pim-Pim à l’horizon… Alors ?

    • Duong 4 septembre 2009 at 14:38

      En fait, Johansson a déjà joué quelques matches cette année (même gagné un ou deux), mais c’était plus « pour voir », il voulait être sûr que son épaule tienne.

      Il a dit que ce qu’il appelle son « vrai » retour est prévu pour la fin d’année, et notamment Stockholm.

      Srichaphan avait d’abord évoqué un retour à Bangkok, mais finalement vise le début d’année prochaine.

  2. Jean 4 septembre 2009 at 12:06

    Ce qui m’épate chez toi, Guillaume, en dehors de ta fascination physique pour les planchettes du plat pays, c’est ton intérêt pour les « petits » du jeu. Hrbaty ou Calleri, ils auraient été à la retraite depuis trois ans que je ne m’en serais pas aperçu. Et c’est vrai que l’on a l’impression aujourd’hui d’une page qui se tourne, surtout si l’on ajoute à cette liste les irrécupérables type Grosjean, Nalbandian, Clement, Moya…

    Quelques grosses personnalités, comme Duong, je remercie Fab du Santore de nous avoir offert un tennis original et inspiré pendant toutes ces années (on parlait déjà de lui en tant qu’espoir dans les 80’s, alors j’ai vraiment l’impression qu’il est éternel).

    Bon, le problème, c’est pas tellement que les vieux partent, c’est que les jeunes arrivent vraiment plus que discrètement. Bel article, Guillaume.

    J’en profite, même si c’est hors sujet : c’est étonnant ce que l’ancien DTN Dominguez prend dans la tête depuis son limogeage. Je ne suis pas au courant des petites cuisines de la FFT, il a vraiment l’air de s’être mis tout le monde à dos (moi, je l’aime plutôt bien en tant qu’homme de médias, commentateur et observateur).

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 12:22

      Dominguez patît de son image « d’incontournable » : joueur, entraîneur, cadre national, consultant sportif… Il a tout fait, parfois en même temps, sans crainte des mauvais mélanges (parce que DTN et consultant, je vous raconte pas le grand écart !)

      Fatalement, ce cumul de casquettes ne peut qu’engendrer des jalousies/rancoeurs/inimitiés, malgré (à cause ?) le succès qu’il a rencontré dans tous les domaines où il a exercé.

      Si on s’en fie à Christophe Thoreau, journaliste tennis responsable de roland-garros.com, il serait aussi doté d’un ego un peu surdimensionné, proportionnel à ses indéniables compétences.

      Alors aujourd’hui qu’il est à terre, c’est la curée. Difficile de juger quand on n’est pas dans le circuit mais, vu de l’extérieur, cet acharnement est quand même un peu malsain.

  3. MarieJo 4 septembre 2009 at 12:27

    ah mon pov’ marat, c’est pas qu’il n’aime plus le tennis, c’est le travail de fond quotidien qu’il faut faire pour rester compétitif…
    et détrompte toi guillaume, marat aime voyager, c’est pas le genre de retraité a résté assi devant sa télé, à parler de ses vieux matchs, le mec part sans regrets, je pense que qque part il n’était pas conscient de son potentiel, il trouve toujours miraculeux ce qu’il a pu accomplir… je pense que mentalement, il n’a jamais imaginé qu’il puisse être un des tous meilleurs, il l’a réalisé tard sans doute.

    fabulous fab, battling fab, magician fab… santoro ou le roi du petit chip viscelard, de la contre amortie rétro… et de tous ces petits coups sous côtés mais bourrés d’ingéniosité car sortis aux bons moments… ceux qu’on attends pas !

    bref la charrette 2009, me fait mal au coeur… mon dernier souhait ? un marat santoro à bercy !

    • Duong 4 septembre 2009 at 14:48

      Pour moi, Safin avait conscience de son potentiel … à part s’estimer inférieur à Federer et en mettre peut-être un peu trop là-dessus, je ne l’ai jamais entendu faire dans le lourd excès de modestie (comme un Nadal par exemple :-) ).

      Je crois le contraire : il n’a pas supporté de perdre des matches après avoir connu l’ivresse des sommets, le grand chelem gagné en laminant Sampras et d’autres, alors qu’il avait parait-il fait la bringue à New York.

      Et quant à aimer le tennis, il a dit lui-même que le secret de Federer et de sa longévité (il a cité Murray aussi je crois), c’était qu’il aime énormément le tennis … sous-entendu pas lui.

      Donc il n’a aucun regret, oui, parce que dans le fond, ça ne comptait pas tant que ça pour lui, en tout cas il a envie de faire plein d’autres choses : c’est un Slave, pour qui la compétition et la gagne ne sont pas tout (dans le genre Medvedev était extraordinaire).

      C’est plus cette version que j’ai comprise.

      En tout cas, je ne suis en aucun cas triste pour lui, ni pour moi.. Safin était déjà sorti du tennis depuis pas mal de temps …

      Je ne me fais aucun souci pour lui. Maintenant il va faire autre chose, « vivre sa vie », tant mieux pour lui !

    • Duong 4 septembre 2009 at 14:50

      « l’ivresse des sommets », je l’avais déjà lu la décrire, dans un article qui parlait des numéros 1 et de la sensation que ça leur avait fait d’y arriver (cet article incluait aussi Nadal d’ailleurs)

  4. Antoine 4 septembre 2009 at 12:45

    Vraiment sympa ce tour d’horizon complet de ceux qui sont sur le départ..Cà ne nous rajeunit pas et c’est chaque année le même problème.

    De ceux qui sont cités, il n’y a que Santoro et Safin qui me manqueront et cela m’amuserait aussi comme marie Jo de les voir jouer l’un contre l’autre au premier tour de Bercy pour leur dernier match..

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 15:07

      Pareil que toi question affinités.

      J’aimais bcp Pavel, aussi. Joueur offensif, doté une belle volée et d’un revers à une main somptueux. Un peu fantaisiste, aussi (filiation oblige d’Ilie ?)

  5. Franck-V 4 septembre 2009 at 12:55

    Belle revue de nos chers disparus, mais je ne sais pas pourquoi, ça me fout le cafard et me casse le moral, déjà que le temps est maussade.. :-(

    Enfin, pour rester dans l’ambiance…

    http://www.youtube.com/watch?v=GB3lStMh_O8

  6. colin 4 septembre 2009 at 14:24

    Et Olivier Mutis, c’est quand qu’il revient ???

    • Duong 4 septembre 2009 at 14:40

      je ne sais pas, mais par contre Haehnel, je croyais qu’il était retraité mais je l’ai vu dans plusieurs tableaux récemment ;)

  7. Duong 4 septembre 2009 at 14:51

    Au fait, par rapport à l’article, il me semble que Safin a bien fait de l’escalade dans l’Himalaya … même s’il est revenu au tennis assez vite.

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 15:03

      Il était bien parti mais, au bout de quelques jours, il s’était rendu compte qu’il n’était pas au niveau de ses compagnons, alpinistes chevronnés, et avait renoncé.

      Là, il va sans doute s’y préparer plus sérieusement et ira au bout de son envie.

    • Duong 4 septembre 2009 at 15:16

      ah merci, en tout cas il a le courage de s’y remettre, c’est donc qu’il n’était pas en manque d’alcool ou quelque chose de ce genre ;)

  8. Duong 4 septembre 2009 at 15:15

    A propos de Hrbaty, je voulais aussi ajouter :

    1. qu’il s’est marié cette année, juste après la Hopman cup qu’il a gagnée.

    2. qu’il a failli gagner la coupe Davis, non pas avec Kucera, mais avec Karol Beck. En finale il avait même battu Ljubicic et Ancic, tous les deux en 5 sets ! Après avoir battu Coria en demies. Mais son associé de l’époque, Karol Beck, avait été contrôlé positif à l’anti-dopage juste avant la finale et n’avait pas pu y participer, ce qui condamnait quasiment les chances slovaques en finale.

    Il avait l’air sympa comme bonhomme (cf par exemple son dernier match à Wimbledon contre Federer quand ils se sont assis sur le banc l’un à côté de l’autre, Hrbaty ayant donné des conseils à Federer dans sa jeunesse), un peu comme Ljubicic d’ailleurs. Des types posés, bien dans leur tête, des « vieux » souriants et agréables comme je les aime ;)

    • colin 4 septembre 2009 at 15:21

      …et du coup Kucera avait dû jouer la finale alors qu’il était déjà un quasi-retraité à l’époque (mais jouait quand même le rôle du 4ème homme dans l’équipe slovaque).

    • colin 4 septembre 2009 at 15:26

      Hrbaty avait été le seul à battre Ljubicic lors de cette campagne de CD 2005, sinon Ljubi aurait fait 8/8 en simples décisifs et 4/4 en doubles, exploit sans précédent.

    • Duong 4 septembre 2009 at 15:44

      très bien ;)
      en fait, Ljubicic et Hrbaty avaient tous deux été énormes cette année-là (et Nalbandian qui avait battu Hrbaty en Slovaquie en demies).

      et pour tout dire sur le tennis slovaque : ils ont deux bons jeunes (Luckas Lacko -né en 1987- et Martin Klizan -né en 89).

      Lacko a été blessé l’an dernier mais est pas mal cette année : il est proche du top-100 à la Race.

      Klizan est parmi les meilleurs de sa génération et a fait quelques bons résultats.

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 17:47

      … tandis que les Croates avaient eux poussé Goran a ressortir short et raquettes, en guise de 5e homme. Du coup, sans même avoir joué un point, juste en tant que sparring-partner, Goran a son nom sur la Coupe Davis 2005.

  9. Duong 4 septembre 2009 at 15:19

    Concernant Calleri, un truc qui va être marrant aussi, c’est qu’il a annoncé sa retraite … mais qu’il va encore disputer quelques tournois jusqu’en début d’année prochaine, dans lesquels apparemment il avait un engagement.

    Très peu de temps après son annonce de retraite, je l’ai d’ailleurs vu engagé dans un tournoi challenger !

  10. karim 4 septembre 2009 at 16:52

    Les années passent, et nous avec. C’est toujours triste de voir partir ceux qui comme Fab adorent ce métier, et surtout n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils vont faire, se lancent dans cet inconnue terrifiante qu’est la vie « de tous les jours ». Se trouver une activité, make a living, pas mal de stress pour eux.

    Par contre pour ceux qui auront chié sur la poule aux œufs d’or, maudit cette vie qu’ils ont choisie, craché sur un potentiel gracieusement offert par dame nature, entretenu une relation ambigüe avec ce tennis dont on se demande finalement s’ils l’ont seulement jamais aimé, à ceux-là je dis bon vent et ne revenez pas. Je pense à qui en disant ça? Hmmmmmmmmmmm let me think… Marat? Talent fou, belle gueule, torturé, il avait tout pour faire la carrière qu’il a faite, et rien pour en faire une plus belle. On aime ces super héros imparfaits et autodestructeurs, qui semblent se moquer des convenances et même de leur talent, ces incompris surtout incompréhensibles qui semblent constamment à la recherche d’une nouvelle question de peur de trouver la réponse à la précédente. Jimi Hendrix ou James Dean qui vont au bout de leur talent, meurent vieux dans leur lit, c’est tout leur attrait qui s’évapore. On aime bien finalement n’avoir aucune idée de ce que ça aurait donné si…

    Calleri, Pavel voire Gaudio… Mine de rien ce sont trois des dix meilleurs revers à une main des vingt dernières années qui s’en vont en même temps. J’exagère à peine. On va au-delà de simples retraites sportives, c’est un coup majeur du tennis qui tire sa révérence. Et c’est pas Gasquet qui va reprendre le flambeau.

    Bien joué Guillaume.

  11. Christian 4 septembre 2009 at 18:42

    Tour d’horizon fort bien venu qui me laisse au coeur, comme à d’autres posteurs, une pointe mélancolique.

    Santoro ? Un « joueur » au sens plein du terme. Aux antipodes de l’antéchrist des carpates, Davydenko, qui vient pour faire le taf et remplir son compte en banque, Fab est avant tout un gameur. Le gars qui peut finir le point mais qui, par malice, laisse son adversaire en vie histoire de faire courir les petits jeunes et les rendre fous. Wilander a dit, lorsqu’il a appris qu’il allait se retirer, que le tennis tournerait à l’occasion une page importante de son histoire. Je le crois volontiers: plus de parpaings, plus de physique, mais peut-être un peu moins d’intelligence avec le retraite de Santoro.

    Désormais, ce sera « malice au pays des vermeils ».

    A propos de Dominguez et de sa détestation soudaine: il me souvient qu’il avait déjà commis quelques frasques et avait abusé de sa position de DTN pour tripatouiller (voire plus) une jeune fille de ses protégées. Mineure, la jeune fille. Sa femme, la belle Cendrine, avait été à l’époque, la plus célèbre cornue du petit écran… Le bonhomme ne me manquera pas…

    • Guillaume 4 septembre 2009 at 19:11

      L’excellente Amélie Cocheteux. Championne du monde junior en 1995, on la disait aussi douée que l’autre Amélie, la grande, qui lui succéda au palmarès l’année suivante.

      Sauf que six ans après cet exploit, et après une exposition aux projecteurs pour le moins douloureuse(l’histoire avec Dominguez, mais aussi des accusations d’insultes racistes par Alexandra Stevenson à son encontre et d’Anne-Gaelle Sidot), elle mettait un terme à sa carrière, à 23 ans. Du gâchis.

      A cette époque, la Picardie était une place forte du tennis français : Mauresmo, Cocheteux, + Loit ou Gagliardi qui y avaient leur licence. La grande époque des « filles de Méru ».

      Merci Julie Coin de perpétuer la tradition. Une autre région a t-elle donnée autant de joueuses de top niveau ?

      Picardia independenza !!!

      (Fin de mon quart d’heure de fierté régionaliste)

      • Franck-V 4 septembre 2009 at 20:53

        Spéciale dédicace , hommage du Papet en personne, ce qui est tout de même autre chose que la gare TGV Picardie..au milieu des champs de betteraves.

        http://www.youtube.com/watch?v=ELyOqwATzHo&feature=related

      • Guillaume 4 septembre 2009 at 21:00

        Evidemment !

        Amélie Mauresmo, la cathédrale d’Amiens et la gare à betteraves, c’est tout le patrimoine picard réuni en une carte postale !

      • Ulysse 7 septembre 2009 at 15:33

        Guillaume,
        J’aime bien la Picardie. Qdolescent, j’ai perdu au tennis club de Corbie le plus étonnant match de ma vie contre un troisième série droitier avec le service de Monsieur Hulot et qui jouait ses revers en coup droit de la main gauche. Le court était une terre battue tellement mal entretenue que c’était presque du gazon.

  12. MarieJo 5 septembre 2009 at 22:09

    http://www.fromsport.com/video-67477.html

    à priori un lien qui marche !

    et vous avez le choix sur la page d’accueil :

    http://www.fromsport.com/c-4.html

    • Franck-V 5 septembre 2009 at 22:18

      Poutoux merci MarieJo.

      Tain ma connexion à 2 à l’heure, une image toute les 3 sec.

    • MarieJo 5 septembre 2009 at 22:20

      vu que tous les autres streams sont en berne, tout le monde doit être loggué sur celui là…
      au fait c’est merci aux fanas de tennis.com ou je suis allée pécher le lien ;)

  13. Franck-V 5 septembre 2009 at 22:24

    Verdasco, il a appris à servir avec Guillermo Coria?

    • Guillaume 5 septembre 2009 at 22:29

      Sais pas, mais Tommy risque de regretter ce jeu de service calamiteux…

      Il est en train de dégoupiller…

      et voilà comment on relance un Verdasco jusque-là au fond du trou

    • Franck-V 5 septembre 2009 at 22:33

      Oui, le petit bras au moment où le stream bloque :-/

    • Franck-V 5 septembre 2009 at 22:35

      Et voilà le temps des.. regrets

  14. Franck-V 5 septembre 2009 at 22:37

    le score de Querey-Soderling est assez semblable 2-6 7-5 3-3

    Comme les matchs de Fed et Djoko

    • Guillaume 5 septembre 2009 at 22:41

      Pas tout à fait. Au concours de rimes riches, Soderling mène deux sonnets à zéro.

      • Franck-V 5 septembre 2009 at 22:47

        ah oui, pardon, j’ai zappé rapidement le live score

      • Franck-V 5 septembre 2009 at 22:52

        Bon, je crois que je vais perdre mon premier point ATP avec le Sod, peut-être le 2° avec Blake.

        Pas de regrets sur ces deux-là, mais j’espère que Haas va passer.

  15. Franck-V 5 septembre 2009 at 23:08

    Miss Oudin a déjà gagné sa place au top/flop

  16. Guillaume 5 septembre 2009 at 23:38

    On voit quand de belles choses de part et d’autre. Deux écoles de tennis radicalement opposées : la puissance à l’état brut chez Verdasco, la diversité technique chez Haas.

    Mais à ce petit jeu, la vérité du terrain est cruelle pour l’Allemand : il aurait du boucler le match 6/3 6/4 6/4, et c’est lui qui se retrouve mené 2 sets à 1.

  17. MarieJo 5 septembre 2009 at 23:39

    le tie break entre verdasco et haas : c’est t’en veux ou t’en veux pas ? finalement verdasco mène 2 sets à 1… mais l’espagnol a un mental de flamby… pour reprendre une expression du coin ;)

    • Franck-V 5 septembre 2009 at 23:40

      je dirais 1 flamby partout, mais le flamby caramel mène sur le flamby vanille.

    • MarieJo 5 septembre 2009 at 23:44

      Mmdr !!! avec le mental de ces 2 là on va se retrouver au tie break du 5è… genre à toi à moi !

  18. Franck-V 5 septembre 2009 at 23:39

    Punaise, on voit que c’est le temps des.. vendanges, Haas aurait du plier ce match en 3 sets.

  19. MarieJo 5 septembre 2009 at 23:42

    et soderling l’emporte… ouf un de plus dans mes pronos ;)
    quand je pense que j’ai pris tommy haas iso verdasco… ce soir ils ont du faire un échange de cerveaux tellement l’allemand a foiré son match

  20. Franck-V 5 septembre 2009 at 23:45

    Bon, le Sod me coûte mon premier point ATP, j’étais bien tenté par lui, mais choisir toutes les TS logiques, ça me semblait lourd… manque de bol c’est le 1er coup où les 16 premiers étaient en 1/16.

    J’aurais pitet du inverser avec Blake.

  21. Antoine 5 septembre 2009 at 23:47

    Un de chûte puisque que je pensais que Querrey battrait Soderling mais je ne suis pas mécontent du résultat. C’est un très bon match et Soderling a été au niveau qui était le sien à RG ! Querrey a eu un peu de chance de gagner le 3ème mais l’autre lui a proprement réglé son compte au 4ème. Très impressionnant dans ce 4ème set Soderling. Du coup, il va sans doute arriver en quarts !

  22. Franck-V 5 septembre 2009 at 23:48

    Haas a fait le break.. il est donc bien parti pour perdre ce set 7-5 ou au tie break..

  23. Franck-V 5 septembre 2009 at 23:50

    Oui, Antoine, ça change tout ça, car autant je voyais Querrey s’arrêter en 1/8, autant je ne donne pas cher de la peau du vainqueur de Haas-Verdasco contre le Sod.

    • Franck-V 5 septembre 2009 at 23:54

      Euh j’ai rien dit, ça sera Davy contre le Sod, et pareil, difficile d’envisager un autre scénar qu’à RG

      Le flamby du moment est promis vraisemblablement à Roddick

    • Antoine 5 septembre 2009 at 23:58

      Sauf qu’il ne sont pas prêt de se rencontrer, en tout cas pas avant les demies..

  24. Franck-V 6 septembre 2009 at 00:09

    Punaise, Roddick, on dirait Tarik Benhabiles par rapport à Isner.

  25. Guillaume 6 septembre 2009 at 00:45

    La première grosse surprise du tournoi pourrait bien être pour ce soir… Roddick est en grosse difficulté sur le Arthur Ashe.

  26. Franck-V 6 septembre 2009 at 00:49

    ARgggg, ça déménage les points ce soir, Haas out, et Rod mené 2 sets -0

  27. Antoine 6 septembre 2009 at 00:58

    Haas – Verdasco, c’était du lourd comme prévu ! Et je crois que le plus costaud physiquement s’est finalement imposé..Quand on voit la vitesse à laquelle ils ont joué ce 5ème set, je me dis que cela n’a pas grand chose à voir avec Federer-Hewitt, Djoko-Witten….vraiment bcp plus rapide..

    Verdaco a vraiment le poignet gauche le plus malsain du circuit, très loin devant Nadal..Ca part bcp plus vite..Son pb, c’est qu’il a le tableau le plus dur et qu’il est inconstant..

    Roddick mené 2-0 par le sous Roddick Isner, c’est assez drôle !

    Je remet néanmoins tous mes gains sur Roddick !

  28. Bastien 6 septembre 2009 at 04:15

    Tommy a toujours eu ce mental de chevrette ? Parce que là, perdre alors qu’il aurait dû gagner les 5 premiers sets… !

    167 points à 156 et en tête dans quasiment tous les compartiments statistiques, mais ça ne suffit pas pour notre teuton tâtonnant.

    Avec Johnny Isner qui de son côté contient le retour du diable vauvert d’un A-Rod en panne d’inspiration (mais qui lui aussi gagne plus de point que son compatriote et perd quand même), ça fait un paquet de pronostics en berne car tout le monde sans exception (!) avait voté Roddick et que la majorité voyait Flamby vanille bouffer Flamby caramel…

    Qui nous fait un petit point sur les paris ?

  29. Marc 6 septembre 2009 at 07:56

    J’ai regardé les 3 premiers sets de Haas/Verdasco…et cela aurait dû suffir ) l’Allemand pour gagner ! Comment peut-on avoir une telle palette technique et dégoupiller ainsi ?

    Franchement, il était supérieur à Verdasco dans de nombreux compartiments du jeu, mais on comprend mieux pourquoi il n(a jamais gagné de GC, ni fait de finale : au delà de ses blessures, il a un mental en papier crépon ! I l me coûte un point dans mes paris.

    Heureusement, j’avais misé sur Soderling…mais j’ai fait l’erreur de miser sur Blake, qui s’st pris 3 sets contre Robredo.

    Je pense qu’on s’est tous plantés en beauté avec la défaite de Roddick contre Isner, ce qui devrait ouvrir la porte des 1/2 à Djoko s’il retrouve un niveau de jeu décent.

    Safina comme le tennis féminin est en dessous de tout, le haut du tableau est déserté par les favorites. Perdre au 3è tour quand on est supposé n°1 mondial, c’est grotesque, surtout quand on n’a gagné aucun GC et après avoir gagné un jeu en 1/2 de Wimbledon !

    Allez Kim !

  30. Geo 6 septembre 2009 at 08:00

    C’est donc Mesdemoiselles Sharapova et Kirilenko qui, ayant brillamment atteint le troisième tour de l’US Open, remportent notre grand concours « In bed with Geo ». Elles co-recevront leur prix samedi 12 septembre, au soir de la finale dames.

    • Jean 6 septembre 2009 at 19:32

      C’est Marion qui viendra chercher le prix !

  31. Jérôme 6 septembre 2009 at 08:53

    AAAARRRRGH ! Je regarde les résultats ce matin au réveil, et que vois-je ? C’est l’hécatombe !

    Rien que sur la 1ère moitié du tableau, 5 de mes 8 pronos s’avèrent faux.

    Je voyais Fed-Blake, Querrey-Davy, Djoko-Kohly et Haas-Roddick.

    Et on aura :
    - Fed-Robredo,
    - Soderling-Davy (bon d’accord, pour Soderling, j’avais délibérément pris un risque),
    - Djoko-Stepanek,
    - Verdasco-Isner.

    Si semble se dessiner une tendance dans cette édition 2009 de l’US Open, c’est que les très gros serveurs ont la pèche mais aussi qu’il y a un tas de joueurs qui semblent un peu fatigués.

    Isner (2,06m, le gars est le plus grand du circuit après Karlovic alias Requin) qui fait chuter Roddick.
    Del Potro qui, sans guère varier, tape comme une brute droit devant lui et qui balaie tout sur son passage.

    Djoko, Fed, et d’autres qui semblent manquer de jus. Sans oublier Nadal, qui symétriquement, semble manquer d’entraînement.

  32. Franck-V 6 septembre 2009 at 08:58

    Ouf, heureusement que je me refais un peu avec l’autre Tommy.

    4 de chute cette nuit avec Roddick, Querrey, Haas et Safina.

    Ajoutés à Dementieva et Ferrer, ça fait mal.

    J’espère un bas de tableau tranquille ce soir…

    • colin 6 septembre 2009 at 09:41

      Jusqu’à hier soir ça n’allait pas trop mal pour moi, je n’avais perdu que Garcia-Lopez, Chardy et Dementieva.

      Mais réveil douloureux ce matin avec trois de chute d’un seul coup : Haas, Roddick, Safina. Aïe aïe aïe.

      Du coup je regrette un peu mon pari un peu provocateur d’avoir joué Benneteau vainqueur contre Tsonga.

      • Ulysse 7 septembre 2009 at 15:42

        Tut, tut ! Trop tard Colin maintenant t’es à la colle avec Djoko.Si ca marche c’est le Jack pot, tandis que le commun aura du mal à se refaire avec une finale Fed/Murray.
        Pour info, les résultats après les quarts sont dans le fil des Tops/Flops.

    • Franck-V 6 septembre 2009 at 09:48

      Je ne peux vraiment regretter que Querrey, voire Ferrer, pour le reste, ce serait à refaire… je remettrais ces 4 là.

      Jouer Benetteau n’est pas si provocateur que ça…

  33. Franck-V 6 septembre 2009 at 09:19

    Chez les dames, charmant le haut du tableau, bien nettoyé.

    Melanie Oudin est en train de se faire toute la maison Russie

    Pavlyuchenkova, Dementieva, Sharapova…en attendant Petrova et Kuznetsova?

    • colin 6 septembre 2009 at 09:49

      …et Zvonareva en finale.

      ‘va finir par gagner l’US Open la gamine!

      On appelera ça l’US-Openova de Melanie. Ou le Grand Chelemova.

      • colin 6 septembre 2009 at 09:51

        J’oubliais Kvitova en 1/2 pour parachever un tableau tout en ‘va.

    • Franck-V 6 septembre 2009 at 09:52

      C’est pas Vilas qui avait tapé 6 Aussies en 79 à l’AO?

      • colin 6 septembre 2009 at 12:04

        Peut-être, ça me rappelle quelque chose en effet.

        Si ça se trouve, le tableau était composé de Vilas et de 31 australiens (ça aide).

      • colin 6 septembre 2009 at 12:12

        Bon j’ai vérifié :

        - en 78 Vilas gagne l’AO en battant 5 aussies et un américain. Le tableau comptait 34 australiens sur 64.

        - en 79 Vilas (re)gagne l’AO en tapant 3 aussies, 1 Néo-Z (Chris Lewis) et deux américains. Le tableau comptait 36 australiens sur 64.

        • Franck-V 6 septembre 2009 at 12:26

          Oui, zut, C. Lewis NZ, j’ai fait vite en ne regardant que le drapeau.. assez proche.

      • Franck-V 6 septembre 2009 at 12:24

        Après vérifications, en 79, dans un tableau à 64 comprenant …. 38 Australiens:

        Vilas (Arg) bat

        1/32 C.Lewis (AUS)
        1/16 A.Gardiner (AUS)
        1/8 P.McNamara (AUS)
        1/4 P.Dent (AUS)
        1/2 V.Amaya (USA)
        F J.Sadri (USA)

        En 78, Tableau avec 34 Australiens et curieusement Jose Luis Clerc TS 2, les deux argentins de TB à chaque bout du tableau.

        Vilas bat

        1/32 T.Rocavert (AUS)
        1/16 B.Drewett (AUS)
        1/8 A.Stone (AUS)
        1/4 T.Roche (AUS)
        1/2 H.Pfister (USA)
        F J.Marks (AUS)

        Ken Rosewall disputait encore cet AO 78 à 44 ans, s’inclinant en 1/8…

        • Antoine 6 septembre 2009 at 13:54

          Ouaipp et l’année précédente en 77, il faisait encore demie en janvier et quarts et décembre…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis